L’APR répond à Idy : « Si vous êtes incapable de gérer Thiès comment voulez-vous développer le Sénégal ? « 

Monsieur le 1er Ministre
Pour une fois je suis d’accord avec vous sur un fait :
L’acte 3 est un échec. Oui ! Pour tous les Présidents comme vous qui n’ont aucune vision pour apporter une valeur ajoutée à leurs conseils.
En mettant en place l’acte III, on espérait avoir des hommes et des femmes capables d’impulser le développement de leurs terroirs à travers des stratégies innovantes et productives permettant de trouver les moyens nécessaires à sa mise en œuvre.
Quand le Président Macky SALL lançait son PSE et ses projets, bon nombre de sénégalais s’interrogeaient sur les moyens pour mettre en place ce plan, mais il lui a fallu une vision doublée d’un engagement sans faille pour arriver aux réalisations telles que l’autoroute ILA TOUBA, le PUDC, la CMU, la bourse familiale, le pont de l’émergence, la modernisation des cités religieuses, pour ne citer que celles là.
Je me demande aujourd’hui Monsieur le 1ER Ministre, si vous n’êtes pas capable d’apporter des solutions pour le département de THIES, pourriez-vous nous en apporter pour le Sénégal.
Je me fais l’honneur de vous dire Monsieur le 1er Ministre que le Sénégal ne s’arrête pas à DAKAR. Allez demander Monsieur le 1er Ministre si le Président Macky SALL a apporté du NDOOL ou de l’émergence à ces populations qui parcouraient des km par des voies sablonneuses et désastreuses pour faire leur marché hebdomadaire et pour évacuer leurs malades le plus souvent, des femmes.
Ces femmes qui perdaient la vie au cours de ces évacuations à cause de la précarité de ces routes.
Ces femmes qui parcouraient des km pour trouver le liquide précieux et parfois qui passaient la journée pour remplir leurs « chambres à air pour eaux» à cause de la faiblesse du débit des forages. Si forage y avait.
Ces femmes qui devaient faire face à certains travaux pénibles par l’absence de matériels d’allègement comme les moulins ou les décortiqueuses.
Monsieur le 1er Ministre, force est donc de reconnaître que pour ces femmes là, le PUDC a fait de leur rêve une réalité.
Et mieux encore, ces mêmes femmes qui, après une saison entière ne pouvaient pas tirer 90 000 FCFA de leurs récoltes, perçoivent aujourd’hui 300 000 par an grâce aux bourses familiales.
Monsieur le 1er Ministre, au mois de ramadan, quand vous preniez votre verre de jus bien frais, en ce moment, bien des populations, souhaitaient en avoir. Aujourd’hui combien de villages sont électrifiés même si des efforts restent à faire et sont bien en cours !!!
Pour ces populations, en 2015, le Sénégal est 1er !!!!!!

Mme Fatou Bintou DIOP Thiongane
Mail : bibifa2001@yahoo.fr
1ére Vice Présidente du conseil départemental de Linguére
Responsable APR à Linguére
Rapporteur Général de la commission Communication des FBBY