L’APR ne compte aucunement laisser l’espace médiatique aux détracteurs de Macky

Décidément, la bataille de communication pour faire passer la pilule auprès des Sénégalais ou au contraire la faire rejeter, après la non rétroactivité du quinquennat sur le mandat en cours du chef de l’Etat, Macky Sall, fait rage. Dans ce débat, l’Alliance pour la République (Apr) ne compte aucunement laisser l’espace médiatique aux détracteurs du président de la République.
Hier, vendredi 19 février, c’est un Secrétariat exécutif de l’Apr, fort des pontes du régime actuel, à savoir le ministre Mbaye Ndiaye, le 3ième vice président de l’Assemblée, Abdou Mbow, l’ancien ministre Benoit Sambou, tout comme le ministre porte-parole du Gouvernement, Seydou Guèye, ou encore le ministre des Forces armées, Augustin Tine, et Maël Thiam, administrateur du parti, etc, qui sont montés au créneau pour porter secours à leur leader, attaqué de tous bords par l’opposition, tout comme les organisations de la société civile.
En conférence de presse, Seydou Guèye, ministre porte-parole du Gouvernement, indique que ledit secrétariat est en phase avec la volonté de Macky Sall de se conformer à la décision du Conseil constitutionnel. De son avis, le président de l’Apr a respecté son engagement de réduire son mandat en cours, dans la mesure où il avait introduit cette disposition dans le projet de révision à soumettre en référendum. Ainsi donc, pour lui, le fait de se conformer à la Constitution est la preuve qu’il a l’éthique républicaine. Mais, fait-il remarquer, c’est la mort dans l’âme que le chef de l’Etat, Macky Sall, s’est résigné à respecter la décision des 5 Sages. Qui plus est, selon lui, dans aucun pays au monde, un chef d’Etat n’a ramé à contre-courant de la décision d’une Institution de ce genre.
A ceux qui voudraient que Macky Sall outrepasse la décision du Conseil constitutionnel, Seydou Guèye trouve que ce sont ces derniers qui allaient l’attaquer pour inconstitutionnalité, si toutefois Macky s’était aventuré à fouler au pied la Constitution sénégalaise. Ainsi donc, pour lui, «le chef de l’Etat, Macky Sall demeure l’antithèse du reniement». Poursuivant son Argumentaire, il a rappelé que son leader, étant candidat, s’était conformé à la décision des 5 Sages en 2012, tout en sachant que la candidature d’Abdoulaye Wade n’était pas conforme à la Constitution. Par l’acte posé, M. Guèye est d’avis que Macky a, au delà de la constance, réaffirmé la ligne de l’Apr qui met la République au centre de tout.