L’affaire Wari n’est pas encore terminé…Le juge renvoie les parties au 11 décembre prochain

Même si c’est un des dossiers les moins médiatisés, le contentieux opposant les actionnaires de Wari est toujours dans le circuit de la justice. L’affaire a été évoquée hier mardi par le juge des référés du tribunal régional de Dakar, en audience publique, pour être renvoyée au 11 décembre prochain. Les plaignants, en l’occurrence Malick Fall et Seyni Camara, veulent que la société soit mise sous administration provisoire, compte tenu des manquements au niveau de la gestion, précisément des malversations qu’ils ont déjà pointées dans de multiples procédures initiées au niveau de la justice. Ce dont ne veut pas entendre parler Kabirou Mbodj dont les avocats doivent fournir les mémoires pour permettre au juge des référés de se prononcer. Dans cette affaire précise, les associés de Kabirou Mbodj semblent craindre que la société échappe à leur contrôle et qu’elle migre vers le Togo. C’est en tout cas, de sources dignes de foi, la volonté exprimée lors d’une Assemblée générale de la société et consignée sur procès-verbal. S’agit-il d’un coup de bluff du genre “retenez-moi ou je fais un malheur” ? Ou plus sérieusement une volonté de quitter le pays si les carottes devaient être cuites, en cas de condamnation ? Le même destin semble guetter Interlinq Suarl dont Kabirou Mbodj est l’unique actionnaire, que les actionnaires de Wari, voient comme un simple artifice, habillé pour prendre totalement le contrôle de la boîte. Ce, par une augmentation de capital, qualifiée d’illégale par les autres associés.
Comme nous l’écrivions dans nos précédentes éditions, c’est en lançant Interlinq, en 2013, qu’il s’est immédiatement octroyé un demi milliard, précisément 510 millions de francs Cfa représentant 8% de toute l’activité de la société. Il faut du reste ajouter que même si le climat semble bien calme à Wari, c’est juste une apparence puisque selon nos sources, de gros calibres de la boîte s’apprêtent à claquer la porte. Et selon nos sources, c’est très imminent ! A noter déjà que Kabirou Mbodj a déjà été inculpé par le Doyen des juges. De même que le Directeur de publication de votre Canard, Mamoudou Wane, par le juge du 6ème cabinet pour avoir évoqué l’inculpation de Kabirou et les contenus des nombreuses plaintes initiées contre lui… Interpellé à maintes reprises, M. Mbodj n’a du reste jamais voulu répondre, préférant s’adosser sur des partenaires qu’il arrose de pub.