La vendeuse de « thiouraye » qui manipulait les millions de Tahibou Ndiaye

La comparution de Mame Fatou Thiam a déridé hier l’ambiance à la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). Interpellée sur le montant de 145 millions qui ont transité dans son compte bancaire, la fille adoptive de Tahibou Ndiaye a soutenu : “C’est possible parce que je suis commerçante et je m’occupe aussi des affaires de ma mère…” Etonné, le président Henri Grégoire lui demande quels genres de marchandises elle vendait. Et la jeune dame, style classe et “chic”, perchée sur ses hauts talons, rétorque : “Je vends des meubles et des cheveux naturels comme ceux que j’ai mis sur ma tête (elle le dit en faisant passer les doigts dans ses “cheveux naturels” et sans pression continue d’expliquer). Ces mots et gestes ont pu distraire la salle qui était plutôt stressée à l’extrême. Même le juge Henri Grégoire Diop n’a pu s’empêcher de rire surtout lorsque Mlle Thiam a révélé qu’elle vendait aussi du “thiouraye” (de l’encens). “Du “thiouraye” paraît qu’il rapporte beaucoup”, a raillé le président de la CREI, faisant allusion à Alioune Samba Diassé. Désigné comme l’un des complices de Karim Wade, Diassé avait laissé entendre que la vente d’encens lui avait rapporté des centaines de millions.