La grosse « gaffe » d’Idy sur le Gabon…Et maintenant ?

« Avec un manque de retenue, de sang et en faisant fi des intérêts de milliers de nos compatriotes établis au Gabon, Monsieur Idrissa Seck, sans la moindre preuve, s’est autorisé à accuser le Président Ali BONGO de violences, de violation des libertés démocratiques et mascarade électorale.
Cette attitude irrespectueuse de la souveraineté du Gabon est inacceptable à l’égard surtout d’un pays qui a toujours offert l’hospitalité aux sénégalais.
En se comportant de manière aussi cavalière qu’irresponsable, l’ancienne gloire de la classe politique sénégalaise, Monsieur seck voulait se donner le sale rôle du nègre de service pour le compte de la Françafrique qu’il croyait toujours d’actualité.

Mais le plus indigne dans ses surenchères est d’appeler le Président Macky SALL « dans l’urgence, à condamner avec la plus grande fermeté cette forfaiture et à exprimer une position claire sur ce coup de force contraire à toutes les chartes et conventions dont ils sont signataires ».

Heureusement le Président SALL a fait ce que l’on attend des hommes d’Etat : de la retenue.

A travers cette attitude d’une très haute facture et de grande responsabilité, Macky SALL a montré la différence entre un homme d’Etat habité par le destin de l’Afrique debout et indépendante et un matamore qui se gargarise de son déclin et de sa domination ».
Fait à Dakar, le 25 septembre 2016
Moustapha DIAKHATE