La Dic démantèle un gang de cambrioleurs qui semait la terreur dans les quartiers chics de Dakar

La Division des investigations criminelles (Dic) de la police a réussi à mettre la main sur du gang de cambrioleurs qui opéraient en plein jour dans les quartiers chics de Dakar. Cette bande se faisait passer pour des policiers, des agents de la Sénégalaise des eaux (Sde) ou de la Société nationale d’électricité (Senelec)  pour faire leurs forfaits. Selon le Bureau des relations publiques de la police, qui a  livré les informations  les cambrioleurs sont  A. B. Faye, né le 7 décembre 1970 à Dakar, M. Diop alias Lé, né le 3 juin 1983 à Dakar, et S. B. Niang, né le 2 avril 1974 à Dakar. Dans leurs stratégies, ces cambrioleurs  ciblent, d’abord les maisons huppées de quartiers résidentiels de Dakar  avant de passer à  l’acte en se présentant soit comme des policiers, agents de la Sde ou de la Senelec. Une fois dans   la maison, ils tiennent en respect les occupants avec usage de violences et d’armes à feu, pour ensuite dévaliser tout bien précieux, notamment des bijoux en or et des téléphones portables.

Ainsi, de leurs investigations à la suite des premières arrestations, une perquisition a été effectuée au domicile de P. Konaré les  éléments de la Bip ont  découvert des éléments accablants. Il s’agit  des plaques d’immatriculation de véhicules, un gyrophare de couleur bleue, un outil rasé clou, un outil pied-de-biche, un perceur, des clous en taquets, des cache-nez, des gangs protège main, des carnets de chèques, des I-phones neufs, des devises étrangères entre autres. Quant à P. Konaré et son frère O. Konaré, ils  ont  été interpellés en même temps. Ils ont rejoindre le reste du groupe déjà mis hors d’état de nuire chez le procureur qui devrait leur décerner un mandat de dépôt à Rebeuss, où vont attendre leur jugement.

1 Comment

  1. Combatez donc le mal à la base, càd dans les quartiers populaires, afin que d’ autres vagues de malfrats ne viennent remplacer le gang démantelé dans les quartiers « chics » et tout repartir comme si de rien était…

Les commentaires sont fermés.