« J’ai reçu une vidéo de ma femme qui faisait l’amour avec un autre »

En juillet dernier, des hackers s’en sont pris au site de rencontres adultérines Ashley Madison. Les données de 35 millions d’infidèles ont été mises au jour. Des épouses innocentes ont découvert la malhonnêteté de leur moitié, des maris ont découvert la face cachée de leur femme, le piratage a provoqué divorces, humiliations et même, dans deux cas confirmés, le suicide.

 Un an plus tard, une émission sur Channel 4 a rencontré des victimes de cette gigantesque fuite. Tamsin Smythe explique dans « Sex, Lies and Cyber Attacks » qu’elle utilisait le site pour prendre contact avec des politiciens, des dirigeants de grosses entreprises, bref, des hommes à la situation financière aisée. « Au départ, ils étaient tous réticents. Ils veulent savoir si on est réelle. Une fois que vous commencez à parler à ces hommes, ils ont très vite envie de vous envoyer une photo de leur sexe. Parfois, c’est même la première photo qu’ils envoient : vous ne savez même pas à quoi ressemble leur visage. »

Le jour le site a été piraté, son téléphone a commencé « à danser sur la table ». « J’avais rencontré et discuté avec un certain nombre d’hommes et leurs épouses, décimées et blessées, voulaient me parler. »

Jim avait appris en 2012 que sa femme, la mère de ses enfants, avait eu six relations en tant que membre d’Ashley Madison. Il avait reçu, à l’époque, dans sa boîte mail, une vidéo de sa femme en train d’avoir des rapports sexuels avec un autre homme. « J’ai vomi. Il y a des choses que vous ne voudriez jamais voir. » Il se sentait responsable et ne voulait pas que leurs enfants grandissent dans un foyer déchiré. Mais le couple a divorcé quelques mois plus tard. Dégoûté par Ashley Madison, il se souvient du piratage. « C’était une bonne journée », explique-t-il, visiblement heureux que la vraie nature de son ex soit connue de tous.

Les pirates avaient exigé que le créateur d’Ashley Madison ferme son site. Il avait 30 jours pour s’exécuter. Il a refusé et les profils ont été divulgués.