Ivre au volant, un Chinois percute une maison et détruit le véhicule

Ivre  comme un   polonais,   le chinoise, Dae Kyu Kin  a heurté, de plein fouet, une maison en détruisant  le véhicule d’autrui. C’est en rentrant chez lui à la descente du boulot qu’il fait l’accident sur  le chemin. Vue la violence du choc les débris des briques  du mur de la maison  ont atterri sur le pare-brise du propriétaire du véhicule  stationnée à côté du lieu de l’accident. Sur cet accident, les témoins ont confié aux  enquêteurs, que   Dae Kyu Kin qui conduisait en état d’ivresse  n’arrivait pas à maîtriser le volant de sa voiture. C’est pourquoi, il  a fini sa course dans la maison de la partie civile. Lors des débats d’audience le maitre des poursuites  a soutenu que le chinois sentait de l’alcool,   au moment de l’accident.  Pour madame le Procureur, le prévenu  bien qu’ayant commis son forfait, s’est attelé à appeler un de ses collègues de bureaux, lequel est venu le prendre sur les lieux de l’accident. Pour le parquet, le Chinois  qui a refusé  de se faire tester à l’alcoométrie savait pertinemment qu’il sentait de l’alcool et se  tenait à peine debout. Mais, le prévenu a  balayé toutes les charges à son encontre. Pour sa défense,   le chinois avait pris  vers midi un comprimé de Fervex de même que le soir avant de rentrer. C’est ce  qui a entraîné de la somnolence et non   une ivresse  comme l’a croire le plaignant. Du côté de  la défense, on  s’est insurgée contre l’absence de la partie civile. Et  pourtant, elle avait réclamé au Chinois 3,5 millions, en vain. Mais constatant son arrestation,  les parents  du chinois  se concertent, pour débourser ladite somme. Ainsi,   pour  la défense qui a constaté l’inexistence de mentions de la police scientifique, a demandé  de relaxe  la restitution de la carte à grise du véhicule confisquée depuis l’accident.  Le délibéré  est  attendu le 10 mai  prochaine.