Horreur à Rufisque : Un chat mord deux fillettes, les jeunes du quartier le brûlent vif

Une scène insolite s’est produite lundi dernier dans la commune de Rufisque Nord, plus précisément au quartier Darou Rahman Nord. En effet, deux fillettes de deux et trois ans y ont été gravement griffées et mordues dans la matinée par un chat.

C’est du jamais vu. Depuis ma naissance jusqu’à présent, plus de 70 ans, c’est la première fois que je vois un chat attaquer en pleine journée des personne de cette sorte. D’habitude, le chat n’attaque la personne que quand cette dernière l’enferme dans une chambre », a dit F. Diop, grand-mère de M. F. Faye, une des victimes au Pop. Et la dame de poursuivre dans les colonnes du journal : « Ce jour-là, ma petite fille de deux ans était assise là (elle pointe du doigt le seuil de la porte de son domicile) en train de jouer. D’un coup, un chat gris noir poursuivait une foule de poussins. Pour sauver la volaille de ses griffes, des jeunes l’ont chassé. Arrivé à hauteur de M. F. Faye, il l’a griffé avec sa patte droite. Le chat était comme un chien affamé. Et, n’eût été son oncle qui est intervenu très rapidement, il n’allait pas abandonner la petite ».

Narrant toujours la scène, la vieille dame de dire : « Poursuivi, le chat s’est introduit dans une autre maison où il a enfoncé ses quatre dents au dos d’une fille de trois ans, M. Sène ». Et, selon la septuagénaire, au moment où la bête entrait dans les lieux, l’enfant était entre les mains de sa maman. Il s’est dirigé vers une jeune fille qui s’est réfugiée dans les toilettes pour se sauver des griffes de l’animal. Et, sous l’effet de la surprise et de la peur, la maman de la victime a laissé sa fille à la merci du chat en prenant elle-même ses jambes à son cou. Finalement, ce sont les jeunes du quartier qui ont pris en chasse le chat qu’ils ont sérieusement lynché avant de le tuer en le brûlant vif dans un sac pour éviter qu’il fasse d’autres victimes.

Mais le chat aussi est une victime car il ne méritait ps ce sort horrible…Le vétérinaire pouvait l’euthanasier…Tous coupables !