Homo lynché Campus: Le DG du COUD porte plainte contre X

Suite et non fin de l’affaire de l’étudiant homosexuel qui a failli, hier, être lynché à mort par des étudiants après qu’il a proposé des relations contre-nature à un autre de ses condisciples. Il a été exfiltré par la Bip qui l’a soustrait de la furie des étudiants qui se sont retournés contre des infrastructures du Centre des œuvres universitaires de Dakar qu’ils ont saccagées. Ce qui ne restera pas sans conséquences. Hier la Direction du Coud est revenu sur les évènements. « Suite aux événements survenus au campus social de l’Ucad, le mardi 15 mars 2016, la direction du Coud porte à l’attention de l’opinion que l’incident ayant abouti au saccage du matériel de travail de l’institution, est un contentieux entre deux étudiants. L’un d’entre eux a affirmé que son camarade lui aurait fait des avances dans les sanitaires d’un pavillon du Coud ; il s’en est alors suivi une colère noire des étudiants qui ont voulu lyncher leur camarade, qu’ils ont traité d’’homosexuel' ».

Le Coud qui rappelle sa « mission de veiller à la protection des biens et des personnes » dit avoir « pris en charge le mis en cause en attendant l’arrivée de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip) qui a été aussitôt informée des faits ». Seulement, « voulant en découdre avec leur camarade, vaille que vaille, les étudiants ont reproché aux responsables de l’institution, de vouloir protéger un ‘homosexuel’ et s’en sont pris au restaurant Sinkou, le restaurant du personnel du Coud et la banque de la place ». Le communiqué renseigne aussi que « le même groupe d’étudiants a interrompu le dîner aux restaurants Self qu’ils ont saccagés et celui de la cité Aline Sitoe Jatta ex-Claudel ». Visez la suite…

« Armés de barres de fer et de matraques, ils ont saccagé le mobilier et le matériel, renversé les plats remplis d’aliments. Ils ont également délesté les étudiantes de leurs téléphones portables, les ont molestées ainsi que le personnel du restaurant », renseigne le communiqué. Le bilan que le Coud tire de cette violence : « 8 étudiantes évacuées au service médical du Coud dont 2 gravement blessées, ont été acheminées dans une structure sanitaire ». Se demandant « quel est le rapport entre une question d’ »homosexualité » et la destruction des biens et l’agression faite sur des étudiantes de la cité Aline Sitoe Jatta », la direction du Coud annonce qu’elle a commis un « huissier pour constater les dégâts ». Une enquête est ainsi ouverte pour situer les responsabilités et une plainte contre X sera déposée.