Fabienne Kabou : « Pourquoi j’ai tué ma fille… »

France, 19 novembre 2013. Fabienne Kabou, une Sénégalaise aujourd’hui âgée de 39 ans, se rend sur la plage de Berk-sur-Mer (Pas-de-Calais) conduisant la poussette dans laquelle dort sa fille Adélaïde, 15 mois. Elle soulève l’enfant, qui sursaute. Lui donne le sein, le sert très fort contre elle et lui demande pardon avant de le poser au sol. Adélaïde était apaisée. L’écume de 2m ou 5m arrive. Fabienne tourne les talons, court et s’enfuit. La mer emporte la fille. Pour toujours.

Voilà le récit de Fabienne Kabou, jugée depuis hier, lundi 20 juin, devant la Cour d’Assises du Pas-de-Calais à Saint-Omer en France pour l’assassinat de sa fille. Ces aveux sont contenus dans le dossier d’instruction de 45 pages consultée par Libération, qui rapporte l’affaire dans son édition de ce mardi.

Interrogée par le juge sur les motivations de son acte, Fabienne a déclaré, selon le journal, qu’elle était « traquée » et qu’« il fallait qu’Adélaïde soit sacrifiée ». « Elle parlait souvent de Mamy Wata, la déesse de la mer », a témoigné son compagnon, Michel Lafont, un sculpteur de 63 ans, qui s’est constitué partie civile selon Libération. Qui informe que le procès devrait se poursuivre ce mercredi avec d’autres auditions.