Extorsion de fonds : la lesbienne et son ami homosexuel risquent 5 ans de prison ferme

L’affaire Khady Ndoye, une affaire qui ne date pas d’aujourd’hui, refait surface, quatre (4) ans après avoir été traitée devant le tribunal correctionnel de Dakar. Les faits remontent à 2011. Khady Ndoye, une commerçante de profession, en complicité avec ses deux amis, a dépouillé un commerçant d’une centaine de millions F Cfa.
Une histoire d’amour qui a viré au “drame”…
D’après le procès-verbal, tout serait parti d’une relation amoureuse entre Khady Ndoye et le plaignant. Le courant passait et les deux tourtereaux vivaient le parfait amour, jusqu’à la date du 24 Novembre 2011. Khady fait croire à son amant qu’elle est tombée enceinte.
Pourtant, ce jour-là, son amant lui avait remis un billet de 5000 francs pour acheter une pilule. Commence la vie dure pour le commerçant, à qui Khady Ndoye fait avaler toute sorte de mensonges.
Elle lui confie d’abord qu’elle était mariée, mais qu’elle n’a pas voulu compromettre leur relation, raison pour laquelle elle s’est tue. Ensuite, elle fait part à son amant de son désir d’avorter, pour ne pas attirer les regards surtout ceux de sa famille. Pour ce faire, elle a réclamé au commerçant la somme de 300 mille francs, ainsi que sa carte d’identité que, dit-elle, le médecin-traitant aurait exigé pour des garanties.
Mais le commerçant était loin de se douter de ce qui l’attendait. Sa compagne simule une arrestation dont elle dit avoir été victime. Et pour ne pas avoir de soupçons, elle fait appel à deux personnes supposées être les policiers qui ont mis la main sur elle. Le but était de demander au commerçant la somme de 500.000 francs en échange de la liberté de sa copine.
…le commerçant surpris en pleins ébats sexuels est photographié nu
De deal en deal, Khady Ndoye fera par la suite croire à son amant qu’elle serait à nouveau tombée enceinte et qu’elle devrait faire une opération, moyennant 1,5 million F CFA. Sentant la pression et ne voulant pas que son histoire soit étalée sur la place publique, le bijoutier a été obligé de lui remettre la somme réclamée, en plus de 200 mille francs pour sa convalescence.

Et comme si cela ne suffisait pas, Khady Ndoye présente son amie lesbienne du nom d’Adji Ndiaye à son amant, leur demandant de passer du bon temps ensemble. Hélas pour le bijoutier, il est photographié nu par un individu qui s’est fait passer pour le mari de la lesbienne. Mais il est proposé au bijoutier de verser des sommes d’argent, en continu à sa copine pour que ses photos ne se retrouvent pas sur la toile.
Ce que le commerçant a été obligé de faire, mais, ne pouvant plus supporter les agissements de Khady Ndoye et sa bande, la victime est allée se plaindre auprès de la Police. L’enquête, qui a été ouverte, a permis de mettre fin aux agissements de la dame et ses complices.
A la barre du tribunal correctionnel de Dakar, la prévenue, qui a comparu libre, a battu en brèche les accusations portées sur sa personne. Très à l’aise, dans son ensemble demi-saison, Khady Ndoye, qui ressemble tout sauf à une dame de par sa façon de marcher et de se tenir, a soutenu qu’elle n’est pas lesbienne.
Mieux, elle a fait savoir qu’elle était amoureuse de son homme qui le lui rendait avec des sommes d’argent. «Je n’ai reçu de lui que la somme de 2 millions de francs Cfa. Il ment, quand il dit qu’il nous a remis plus de 100 millions de francs», a déclaré la prévenue. Qui dit n’avoir jamais vécu en concubinage avec la demoiselle Adji Ndiaye.
Le complice de Khady Ndoye, «je suis homo et je l’assume»
Pour sa part, le prévenu Mbaye Dieng a reconnu son penchant sexuel pour les hommes. Ce qui ne laisse aucun doute à cause de son comportement devant la barre. Il a, tout de même, nié avoir participé à cette opération d’extorsion de fonds. La partie civile, Assa Malick Tall, qui a été l’absente le plus présent, ne s’est jamais pointée devant au tribunal pour donner sa version des faits.
Selon le procureur, les faits reprochés aux prévenus sont suffisamment établis. Il a demandé au juge de les condamner à 5 ans de prison ferme, sans oublier la confiscation des biens de la dame Khady Ndoye.
La défense a, quant à elle, plaidé la relaxe des prévenus. Pour Mes Ibrahima Diagne et Abdoulaye Seck, il n’y a pas, dans le dossier, suffisamment d’éléments attestant la culpabilité des prévenus.
Les prévenus seront fixés sur leur sort le 9 Juin prochain.

Actusen.com