Eumeu Séne dans tous états: “100 kg me suffisent pour battre Bombardier, j’ai..”

Eumeu Sène qui va affronter Bombardier aura l’occasion pour une fois d’être Roi des arènes car son adversaire en est le détenteur. Dans un long entretien avec le quotidien spécialisé de lutte, Sunu Lamb, Senego en a choisi les morceaux les plus croustillants. Coup de sifflet

 Combat en fin de saison: “je n’y pense pas”

Je ne pense pas que ce combat puisse aller en fin de saison. Il aura lieu dans trois (3) ou quatre (4) mois. Jusqu’au mois d’avril prochain, c’est bon. Dès que le Cng ouvre ses portes, une date sera trouvée pour nous. Le promoteur ne cherche pas à nous léser car il sait qu’une préparation très longue peut causer beaucoup de dégâts du côté des lutteurs.

Combat particulier: “j’ai l’opportunité d’être Roi des arènes”

C’est un combat somme toute ordinaire car j’ai croisé beaucoup d’adversaires de la trempe de Bombardier. Mais je suis d’accord qu’il soit particulier d’autant que j’ai l’opportunité d’offrir aux Pikinois le titre de Roi qui les fuit depuis 2002 (Ndlr: Par Tyson, défait ensuite par Bombardier). J’ai été champion d’AFrique à 18 ans, et le titre de Roi des arènes, je veux l’inclure à mon palmarés. Pour ce faire, je veux aussi une préparation particulière.

Combat rapide: “j’en ai la conviction”

Selon mes calculs, le combat ne peut durer, mais je n’exclus pas qu’il tire en longueur. Cependant, j’ai cette sensation. Quand je dis cela, c’est parce que Bomabrdier est un guerrier, un attaquant. Quand deux guerriers se croisent, tout peut aller vite. Ce combat peut se terminer en lutte pure ou par Ko. Car nous allons nous croiser. Je peux bien lui donner un coup qui l’envoie à terre.

Poids: “je veux avoir 100 kg”

Je vais diminuer mon poids jusqu’à 100 kg qui est ma forme optimale. Parfois je pèse 130 ou 125 kg, mais cette-fois, ce sera moins. Quand j’entends dire que je ne peux battre Bombardier, je me dis que ces gens ne connaissent rien de la lutte. Quand je terrassais Soulèye Dop, il avait vingt (20) kg de plus que moi, pareil avec feu Simel Faye. Un homme n’est jamais “petit”. Avec 95 kg, l’on peut affronter n’importe qui. Je ne veux pas d’une masse comme certains lutteurs. je ne veux pas de graisse dans mon corps.

Bagarre: “s’il veut, il sera servi”

Il a deux mains comme moi. S’il veut la bagarre, il sera bien servi. Si la bagarre s’impose je n’hésiterai pas, j’irai jusqu’au bout. Lutte pure ou boxe, je suis prêt. Je n’ai pas peur de lui.

Mystique: “étirements et contacts”

Si cela ne dépendait que de moi, la lutte serait une affaire d’étirements et de contacts avant de commencer. Excepté mon combat contre Balla Gaye 2 où je suis venu avec quelques bouteilles (5 ou 6), je ne m’enduis pas ni ne mets rien sur mon corps. Ma mère me donnait quelques trucs. Beaucoup de lutteurs se sont inspirés de moi en combattant sans talismans. Mon adversaire peut amener un camion de “khondioms”. Je vais battre Bombardier avec ma danse du Lion “Yala Cobalé” qui signifie en Sérère le Roi de la Forêt.