Elle voulait voler les 98 millions de son « mari » décédé…La justice est saisie

Poursuivie vol de chèque portant sur 98 millions de francs Cfa, faux et usage de faux et usage de faux portant sur un certificat de mariage

la libanaise Sawsah Aboukhaled  sera   jugée le 17 avril prochain.

Vol de chèque portant sur la somme de 150 000 euros soit 98 millions de francs Cfa, faux et usage de faux en écritures privées de banque, faux et usage de faux portant sur un certificat de mariage, association de malfaiteurs et escroquerie en  jugement  tels sont les  nombreux délits qui pèsent sur  la libanaise Sawsah Aboukhaled. Elle sera   jugée le 17 avril prochain. Selon la plaignante, Mme Bouchra, après le décès de son mari,  Sawsah Aboukhaled  s’est servi d’un certificat de mariage contesté  pour tenter  de retirer  dans le compte de son défunt mari un chèque de 98 millions de francs Cfa. Mais en vain. Puisque  le certificat de mariage constaté le 7 janvier 2011 et lui avait exigé le payement de ce chèque au motif que  le défunt le lui avait remis, le jour de son évacuation en France.  L’affaire ressemble à  ce qu’on a l’habitude de qualifier comme « second bureau ». Puisque  dont le mariage avec le défunt est connu de tous dit n’avoir jamais été au courant  que son mari a un seconde épouse. Car leurs unions a été  sous l’option monogamique.  C’est la raison   pour  laquelle , elle a naturellement refusé de reconnaître ce second mariage. Et ce refus, elle a notifié à Sawsah Aboukhaled  en lignifiant  qu’elle ne pouvait pas figurer sur la liste des héritiers. C’est cette situation qui a conduit les deux parties à solder leurs comptes à la justice. Celle-ci a rendu, successivement, un jugement et un arrêt le 5 novembre 2014. Mais la justice a déboutée  la femme qui se dit légitime du défunt. Elle refuse de capituler. Dès lors, elle a mené ses  propres  investigations pour être édifiée sur l’authenticité des documents que Sawsah s’est servis  pour se faire procurer le certificat de mariage qu’elle estime fabuleux par la suite, une réquisition en date du 7 octobre 2015 a été faite pour avoir une copie du fond de dossier ayant été dépose pour la constatation du mariage entre Sawsah et Adel Hussein. Et, par correspondance écrite, il  a été  notifié à la veuve que ce mariage a été bien enregistré. Mais a-t-on  précisé dans la correspondance, aucun fond de dossier relatif à ce mariage n’a été trouvé dans leurs archives. Dans cette affaire, la mairie de la Commune de Grand-Dakar où l’acte a été établi  a avoué l’existence  au niveau de l’institution un problème de malversation.  L’officier d’état civil d’antan en la personne Yahya Diakhaté est indexé dans cette affaire. En attendant   la justice  vide cette affaire complexe  le 17 avril prochain,   une source renseigne que l’officier d’état civil Yahya Diakhaté aurait relevé de ses fonctions puis  emprisonné pour des faits de faux et usage de faux.