Deux experts d’Amnesty international expulsés du Maroc

Le Maroc entrave-t-il les recherches sur les droits humains ? Oui, si l’on en croit la protestation de Amnesty International suite à l’expulsion de deux de ses experts jeudi dernier. John Dalhuisen, directeur pour l’Europe et l’Asie centrale à Amnesty International, et Irem Arf, chercheuse sur les droits des migrants et des réfugiés, ont été arrêtés séparément et interrogés par la police avant d’être expulsés à bord d’un avion pour Londres. “La décision d’expulser du Maroc ces deux chercheurs d’Amnesty International, alors qu’ils commençaient leurs investigations sur la situation des droits des migrants et des réfugiés, incite à penser que les autorités ont quelque chose à cacher”, a déclaré Anna Neistat, directrice générale chargée des recherches à Amnesty International dans un communiqué. Par le passé, Amnesty International s’était vu refuser l’accès au Maroc pendant trois ans, de 1990 à 1993. Ses relations avec les autorités marocaines connaissent une nette dégradation depuis le lancement de la campagne internationale Stop Torture, en 2014, dans laquelle Amnesty International dénonce l’usage courant de cette pratique au Maroc.