deux ans de prison ferme pour..Vol de portable à liberté 5

La recrudescence des agressions a atteint un niveau inquiétant au Sénégal. C’est la raison pour laquelle, les juges n’hésitent plus à condamner les mis en cause à des peines sévères pour lutter contre ce fléau. C’est dans ce cadre que les prévenus, Mouhamed Thiam et Ibrahima Fall, ont été condamnés, hier, à 2 ans de prison ferme chacun pour vol de téléphone portable.

À Dakar, les populations ne dorment plus que d’un seul œil à cause de la recrudescence des agressions. En effet, il ne se passe pas un jour sans qu’une affaire de vol ou d’agression n’atterrisse sur la table du juge pénal. Les cibles des agresseurs sont les jeunes filles et très souvent les jeunes hommes. Pour ce cas précis, les agresseurs étaient à bord d’un scooter avant de tomber sur la dame Yaye Anta Ndiaye qui avait le téléphone collé à l’oreille. « Les faits se sont déroulés, la semaine dernière, vers les coups de 22 heures, à Liberté 5. Alors que j’étais en communication par téléphone, deux individus qui étaient à bord d’un scooter m’ont interpellé avant de me sommer de leur remettre mon téléphone portable. Sur ces entrefaites, ils m’ont donné des coups de poing avant de prendre mon téléphone », narre la plaignante, hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar. Il faut dire que les populations du quartier Liberté 5 ont été alertées par les cris de Yaye Anta Ndiaye. Les agresseurs seront donc appréhendés à quelques mètres du lieu de l’agression par une foule après une course poursuite. Ils ont été par la suite conduits au Commissariat de police où ils ont été placés en garde-à-vue.

Attraits à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, pour répondre de leurs actes, les prévenus Mouhamed Thiam et Ibrahima Fall ont tout simplement niés les faits qui leur sont reprochés. Pour le dernier nommé, il a déclaré que c’est son ami Mouhamed Thiam qui l’avais sollicité pour qu’il l’accompagne prendre son argent. Ce que ce dernier a confirmé avant de déclarer qu’ils ne sont pas coupables des faits qui leur sont reprochés. Pour sa part, le représentant du ministère Public reste convaincu de la culpabilité des mis en cause. Il a relevé la recrudescence des agressions avant de soutenir que ce phénomène d’insécurité qui prend de plus en plus d’ampleur est d’une extrême gravité. « Les mis en cause ont bien planifié leur plan. Ils ont utilisé un moyen, usé de la violence pour commettre leur forfait. Donc, les faits sont constants », déclare le parquetier selon qui, les prévenus doivent être déclarés coupables. Pour la peine, de les condamner chacun à 2 ans de prison ferme.

Des réquisitions que la défense a jugées trop sévère parce que, selon la robe noire, il y a un doute qui plane dans ce dossier. C’est la raison pour laquelle, l’avocat de la défense a plaidé pour la relaxe au bénéfice du doute. Cependant, en rendant sa décision, le tribunal a suivi le parquet à la lettre en condamnant les prévenus à 2 ans ferme.