Des Sénégalaises convoyées en Arabie Saoudite pour être des esclaves sexuelles

L’affaire des trafiquants de femmes qui convoient des candidates à l’immigration en Arabie Saoudite pour les vendre comme des esclaves avait défrayé la chronique en 2013 au Sénégal quand les médias l’ont relayé. La Division des investigations criminelles (Dic) s’en était même saisie pour mettre la main sur les cerveaux. Apres 2 ans d’accalmie, le réseau de trafiquants de Sénégalaises dans les pays arabes reprend du service. Le témoignage d’une femme domestique sénégalaise, qui vit ce calvaire en Arabie Saoudite, remet cette affaire au goût du jour
Entre janvier et mai 2015, ce sont des dizaines de filles convoyées en Arabie saoudite sur la base d’une immigration légale. Mais en réalité, il s’agit d’un vaste réseau de trafiquants de femmes dont leurs cibles sont des Sénégalaises, candidates à l’immigration pour les pays arabes.
Avant-hier l’une d’elles, prêtons lui le nom de Coumba pour respecter son anonymat, s’est confiée à la rédaction de votre quotidien Grand-Place pour crier à l’aide. «J’appelle au secours pour pouvoir fuir de la maison où je me trouve. On est séquestrée ici et on nous traite comme des esclaves …», raconte Coumba au bout du fil, la voix tremblotante.
Le désespoir de cette fille, la vingtaine, qui vit à Ryad et qui nous a joints par l’intermédiaire d’un confrère, se sentait dans sa voix. Cette fille confie avoir profité de l’absence de son patron «maître» pour prendre le téléphone afin de saisir la presse sénégalaise.
Coumba raconte sa vie au quotidien dans la maison de son patron «On nous bat, on ne nous paie pas» «En venant ici, je pensais à un travail décent comme domestique. Mais en réalité, on m’a amenée ici pour être une esclave. Je suis la bonne à tout faire pour mon patron saoudien. Et nous sommes beaucoup de filles à vivre ce calvaire. On nous bat, on ne nous paie pas», témoignage Coumba. Qui lâche, en sanglot : «je suis traitée parfois comme un objet sexuel par mon patron».
Par peur d’être surprise, Coumba, qui guette, certainement, l’arrivée de son maître a pu expliquer, un peu avant de raccrocher le téléphone brusquement, comment elle a débarqué en Arabie Saoudite pour atterrir entre les mains de son patron devenu son maître.
En effet, Coumba fait partie de ces centaines de femmes sénégalaises prises au piège par des convoyeurs sénégalais. Le mode opératoire est simple: «Les trafiquants, qui sont en relation avec leurs clients saoudiens qui leur font part de leur volonté d’avoir des domestiques, choisissent des femmes prêtes à travailler en Arabie Saoudite et leur trouvent le visa. Ils promettent à ces dernières un emploi pour un particulier saoudien avec un bon salaire sur la base d’un contrat».
Selon le témoignage de Coumba, «dés leur arrivé en Arabie Saoudite leur nouveau patron, en présence de leur convoyeur, leur fait signer un contrat dont elles ne comprennent rien des termes, car écrit en arabe».
Trompées, elles sont amenées dans des régions lointaines pour «être utilisées comme esclaves» alors qu’elles étaient sensées travailler chez des particuliers à Ryad. Une fois entre les mains de leur maîtres, les voila qui perdent toute leur dignité et sont coupées du reste du monde.
«On a confisqué mon passeport, ma carte d’identité et le té- léphone que j’avais amené avec moi. Je ne suis plus en contact avec ma famille», explique Coumba qui fait partie d’un groupe de filles convoyées au mois de janvier dernier en Arabie Saoudite.
Des ramifications dans la sous-région : un réseau de 3 délinquants dont un saoudien démantelé
Comme au Sénégal, ce trafic de filles dans les pays du Golfe, s’est développé dans la sous-région. Au mois d’avril dernier la Division des investigations criminelles de la police nationale du Burkina Faso a dé- mantelé un réseau de 3 délinquants dont un saoudien spécialisé dans la traite des personnes principalement des jeunes filles.
Ces individus s’apprêtaient à convoyer 17 filles âgées entre 15 et 26 ans, dont 5 sont encore mineures. Avec les enquêtes, des ramifications du réseau ont été identifiées en Côte d’Ivoire, en Inde, en Indonésie, au Sri Lanka et en Arabie Saoudite.
Le trafic des sénégalaises ne date pas d’aujourd’hui : la dic suit l’affaire depuis 2013
En 2013 la Division des investigations criminelles s’était saisie de ce genre d’affaire suite aux témoignages recueillis par notre confrère Mamadou Bitèye à l’époque journaliste à Walfadjri et qui a fait l’objet d’une émission.
La Dic avait même auditionné 2 filles vendues comme esclaves qui s’étaient échappées des griffes de leurs maîtres saoudiens et qui ont eu la chance d’être rapatriées. La presse avait, à l’époque, relayée le témoignage d’une des Sénégalaises domestiques en Arabie Saoudite qui, selon elles, sont violées. L’une d’elle témoigne qu’elle servait d’objet sexuel au fils de son maître.
En 2012, aussi la presse avait relayé le cas de 2 ressortissants saoudiens qui étaient activement recherchés par les limiers de la Dic suite à une correspondance adressée par l’ambassade du Sénégal en Arabie saoudite au ministère de l’Intérieur.
Dans ses notes, le diplomate sénégalais fait parvenir aux autorités sénégalaises les témoignages de sénégalaises qui exercent comme employées de domiciles qui se sont faites bernées par leurs convoyeurs.
Ces derniers, 2 saoudiens, qui logeaient dans un hôtel de la place ont pris la poudre d’escampette avant que les redoutables enquêteurs de la Division des investigations criminelles ne fassent une descente sur les lieux.
Ce trafic, qui semblait observer un temps de pause, a, d’ailleurs, repris ces derniers mois avec le convoi de dizaines de filles sénégalaises, presque toutes la vingtaine, selon Coumba. «On était plusieurs filles à partir au mois de janvier, d’autres étaient programmées pour les prochains mois.
Il y’avait même des diplômées car on espérait que c’est un travail avec un bon contrat. Alors qu’on ne voit même pas la couleur de notre salaire. Notre patron le donne à celui qui nous amené ici», raconte Coumba avec amertume au bout du fil.
BOUBACAR SEYE, PRESIDENT DE «HORIZON SANS FRONTIERES» «ELLES TRAVAILLENT COMME ESCLAVES DANS TOUS LES PAYS ARABES»
La situation des femmes africaines et sénégalaises, en particulier, n’échappe pas aux organisations de défense des immigrés. Comme pour confirmer le témoignage de Coumba qui a joint la rédaction de Grand-Place, le président de l’Ong Horizon sans frontière déclare qu’«en réalité, leurs parents pensent qu’elles travaillent comme des domestiques dans les maisons mais en réalité elles sont vendues comme des esclaves».
«Il s’agit d’un réseau très organisé de trafiquants, les cerveaux de ce trafic sont des gens qui ont eu à séjourner dans les pays arabes et qui ont beaucoup de contact dans ces pays. Ils font croire aux femmes qu’elles leur font trouver un travail alors qu’ils sont là pour recruter des esclaves au profit de leurs clients», révèle Boubacar Sèye Le président de l’Ong «Horizon sans frontières» a d’ailleurs reçu, il y’a un mois les parents d’une fille qui est actuellement en Arabie Saoudite.
Ces parents, qui n’ont plus de nouvelles d’elle, se sont approchés de lui pour faire rapatrier la fille. «Je les ai orientés au ministère chargé de l’immigration. Des filles qui voulaient immigrer, elles aussi, en Arabie Saoudite sont venues me voir je les ai dissuadées mais elles ne semblaient pas convaincues».
M. Sèye estime, par ailleurs, que «c’est l’occasion de poser le débat sur la féminisation du flux migratoire. Beaucoup de femmes immigrent dans les pays arabes, alors que là bas elles ne bénéficient d’aucune protection».
Le président de l’Ong «Horizon sans frontières» explique que la situation que vivent des filles en Arabie Saoudite est pareille voire pire dans les autres pays arabes. «Elles vivent pire au Liban», se désole-t-il.
Grand Place