Des artistes comme Salam Diallo ne font pas de pause pendant le mois béni

S’ils désertent les boites de nuit et autres lieux de prestations, la plupart des artistes ne restent pas les bras ballants durant le mois de Ramadan. D’ailleurs c’est la période la plus chargée pour beaucoup.

Le claviériste et arrangeur Papis Konaté acquiesce : « Disposant de plus de temps, je suis obligé de mettre les bouchées doubles pour travailler un peu plus », a-t-il confié dans les colonnes du Témoin de ce mardi. Il a été trouvé dans son studio en train de plancher sur des productions à mettre sur le marché après la Korité.

Pas de répit non plus pour le compositeur et pianiste Baba Hamdy. Le Témoin l’a surpris dans son studio mettant en place la stratégie pour la sortie de son nouvel album, « Degloul » et s’attelant aux derniers réglages sur les productions de deux jeunes artistes de son label.

Thione Seck, lui, s’emploie selon Le Témoin, aux auditions des musiciens ciblés pour la mise en place prochaine de son nouveau groupe, le « Raam Daan » senior. « D’habitude, je mettais à profit cette période pour travailler en atelier, répéter et composer de nouvelles chansons. Pour cette année, les données ont changé », a révélé le père de Waly Seck. Qui projette de retrouver la scène après le ramadan et de lancer de nouvelles productions avant la fin de l’année.

Thione Seck est en liberté provisoire. Il est poursuivi pour trafic de faux billets et association de malfaiteurs, notamment.

Salam Diallo, lui, est à Paris. Selon Le Témoin, qui l’a joint au téléphone, il planche sur de nouvelles productions à proposer au public sénégalais à son retour au pays.

La danseuse Oumou Sow, pour sa part, met en veilleuse la danse pour se tourner vers le stylisme. Le Témoin précise qu’elle propose de nouveaux modèles de vêtements à ses clientes.

Comme quoi les artistes prennent congé de la scène durant le mois de Ramadan pour carburer en coulisses.