De numéro Un mondial de l’athlétisme à un numéro Judiciaire…Lamine jaaxle na !

Nul ne peut échapper à son destin. Lamine Diack, tout puissant patron de l’instance mondiale de l’athlétisme, 89 ans et toutes ses dents est aujourd’hui sous les feux de la rampe parce qu’il est accusé par la justice française d’avoir couvert des faits de dopage et d’avoir monnayé son silence par une forte somme d’argent qu’il aurait blanchi auprès de la classe politique sénégalaise. Classe politique ? Du moins une partie d’entre elle, celle qui s’opposait au président Wade. Lamine Diack, acculé par les juges français a avoué et c’est là tout le drame de la situation. Car s’il est avéré que la Russie lui a donné de l’argent pour qu’il batte campagne et déstabilise un chef d’Etat démocratiquement élu, s’il a aidé à une campagne médiatique de désinformation avec l’argent des russes et si, au bout du compte son vœu a été exaucé parce que Wade a été battu, cela signifie clairement qu’il a été en intelligence avec une puissance étrangère pour peser sur le vote des Sénégalais et donc biaiser le résultat des urnes. Wade a pourtant toujours clamé qu’il était victime d’un complot international sans que personne ne l’écoute. Un vieil homme a avoué face aux enquêteurs qu’il a été la main et l’argent de ces puissances. Face à cette infamie toute la classe politique de l’époque botte en touche et abandonne le vieux roublard à son sort. Ils ont tous bénéficié du coup de pouce salutaire des Russes mais seul Lamine va payer. Même son fils, Papa Massata, auteur et acteur principal de la haute voltige financière dont il s’agit ici semble avoir l’intention d’abandonner son père entre les griffes de la justice française. Un papa dont les aveux sont à mettre sur le compte de la sénilité vaut-il qu’on se déchire le pantalon ? C’est beau la famille ! Désormais seul face à son destin, Pa’ Diack ne joue plus les beaux rôles. De numéro un de l’athlétisme mondial, il est devenu un numéro de dossier pour un juge d’instruction sans état d’âme qui ne le considère ni comme un héros pour avoir «chassé Wade du pouvoir», ni comme un bienfaiteur du peuple Sénégalais mais comme un simple délinquant financier, un corrompu du dopage dans l’athlétisme qui a corrompu l’élection présidentielle de son pays. Chez les toubabs «mag du buur» et il sera donc traité comme un simple voyou. Il se battait pour empêcher le fils de quelqu’un de devenir maire de Dakar, c’est son fils qui a jalonné le chemin qui va le conduire en prison. Grandeur et déchéance…

Magum Jëmm
Tange Tandian Administrateur vipeoples.net
tangetandian@gmail.com.