Contentieux autour d’une transaction pétrolière de 250 milliards au Sénégal

La guerre du pétrole aura lieu au Sénégal. L’exploitation des niches de pétrole au large des côtes sénégalaises est au cœur d’un contentieux entre le groupe australien FAR et l’américain, ConocoPhillips. Selon Jeune Afrique, le groupe australien se prévaut d’un droit de préemption sur les 35 % détenus par ConocoPhillips sur trois permis pétroliers au Sénégal.

Le Sénégal, qui détient 10 % des permis en question à travers la société publique Petrosen, a pressé ConocoPhillips et FAR de trouver une solution à l’amiable. Une option à laquelle FAR se dit ouvert, dans son communiqué publié ce mardi.

« FAR rappelle qu’à son avis, supporté par ses conseils juridiques, ConocoPhillips n’a pas respecté les termes de l’accord d’exploitation conjointe dans le cadre de la proposition de vente de ses intérêts dans son projet au Sénégal. Par conséquent, FAR considère que la période couverte par son droit de préemption n’a pas encore commencé », indique le groupe australien dans son communiqué repris par Jeune Afrique. En juillet, le groupe pétrolier américain avait annoncé un accord pour la vente de sa participation à l’Australien Woodside pour un montant pouvant atteindre 430 millions de dollars, environ 250 milliards FCFA. Le 14 juillet dernier, le groupe américain avait annoncé avoir trouvé un accord avec l’Australien Woodside pour lui céder 100 % de ConocoPhillips Senegal B.V., qui détient 35 % des permis d’exploration pétrolière Rufisque Offshore, Sangomar Offshore and Sangomar Offshore Profond, au large des côtes sénégalaises.

Selon le site, l’accord se chiffrait un prix de vente de 350 millions de dollars, plus un complément d’environ 80 millions de dollars.