Confection frauduleuse des cartes d’identité…La CENA s’en lave les mains mais…

Les membres de la Commission électorale nationale autonome (Cena) ont tenu, aujourd’hui, une conférence de presse au Foyer des jeunes de Grand Yoff, après avoir t effectué des visites au niveau des Commissions de révision des cartes électeurs dans les départements de Rufisque, Pikine, Guédiawaye et Dakar.

Une occasion saisie par le président de la Cena pour déplorer l’absence des partis politiques au niveau des commissions. «Nous avons trouvé sur place des Commissions à pied d’œuvre. Ce qu’on a surtout constaté, c’est le rush de dernière minute.

Par exemple, à Grand Yoff, de février à juin, il n’y avait que 286 inscrits, alors qu’il y a eu 300 inscrits à l’espace d’une semaine du 30 juin au 7 juillet. Je déplore l’attitude des partis politiques qui consiste à critiquer notre façon de faire, alors qu’ils ne sont pas présents au niveau des Commissions», dixit Doudou Ndir.

Le Président de la Cena constate que «les Sénégalais ne s’intéressent à la chose, qu’à la dernière minute». A ce rythme, poursuit-il, «on aura du mal à prendre les retardataires, parce qu’on ne pourra pas dépasser la date limite».

Concernant les accusations de fraude sur la confection des cartes nationales soulevées par l’opposition, Doudou Ndir s’en lave les mains. «Il est temps qu’on fasse la part des choses entre la Commission d’inscription de la carte nationale d’identité et la Commission de révision des cartes d’électeurs.

Bien que nous n’ayons aucune aptitude dans la façon dont fonctionne cette Commission, nous avons fait savoir notre point de vue par communiqué. Car, les choses doivent se faire dans des conditions qui mettront tout le monde à l’aise’’, déclare le patron de la Cena. Il reconnait, tout de même, que ‘’certaines choses que les opposants déplorent existent bien».

Signalons que la date de clôture est toujours maintenue pour le 10 juillet 2015, c’est-à-dire demain. Passé ce délai, les citoyens, qui désirent s’inscrire ou apporter des modifications sur leurs cartes électeurs, devront attendre la session de l’année prochaine.

Actusen