Cauchemars, dettes et blessures: le calvaire d’une survivante de la tragédie de Chapecoense

0
12

Ximena Suarez, l’une des six miraculées de la tragédie de Chapecoense, a raconté son calvaire à la BBC. Depuis la catastrophe aérienne, l’opinion publique n’épargne pas l’hôtesse de l’air bolivienne. « On dit que c’était mieux si j’étais morte et que je suis en train de profiter de la générosité des gens pour ne plus travailler », précise-t-elle.

Ximena Suarez était l’une des hôtesses de l’air du vol 9233 de la compagnie LAMIA. En novembre dernier, cet accident aérien avait coûté la vie à 71 personnes, dont plusieurs joueurs et membres de l’équipe brésilienne de Chapecoense.

Son calvaire
Par miracle, il y a eu six survivants suite à cette catastrophe: trois joueurs de Chapecoense, le commentateur radio Rafael Henzel et deux membres de l’équipage, Ximena Suarez et Erwin Tumiri.

Ximena Suarez a justement raconté son calvaire au cours d’un entretien accordé à la BBC. Primo, la compagnie LAMIA ne respecte pas ses promesses financières. Secundo, la miraculée ne cesse de faire des cauchemars. Tertio, l’opinion publique n’épargne pas cette mère de famille bolivienne.

12.700 dollars
Suite à la catastrophe, Ximena Suarez a été hospitalisée pendant 21 jours. Selon son avocat Carlos Subirana, la facture est salée: 12.700 dollars (11.900 euros).

« Elle a dû puiser dans ses économies pour être soignée correctement », a ajouté l’avocat de Ximena Suarez. Par le biais de son avocat Nestor Higa, LAMIA a déclaré qu’il ne comptait pas payer la note car Ximena Suarez « n’est pas décédée ».

GoFundMe
De son côté, Brisa, la compagnie d’assurances, assure qu’il faut d’abord « une évaluation médico-psychologique pour l’indemnisation d’une invalidité totale ».

En pleine tourmente financière, Ximena Suarez a lancé un appel aux dons sur GoFundMe. Selon InfoBae, cette idée n’a pas plu à tout le monde. L’opinion publique la traite notamment d' »opportuniste ».

« Je veux sortir de ce calvaire »
« On dit que c’était mieux si j’étais morte et que je suis en train de profiter de la générosité des gens pour ne plus travailler », précise Ximena Suarez. « J’en profite pour rétablir la vérité. Ce que je veux, c’est sortir de ce calvaire et me remettre à bosser. Mon rêve a toujours été celui de voler ».

Ximena Suarez, qui souffre toujours de graves blessures à la cheville, au dos et au cou, vit des nuits agitées: « J’ai des images de l’accident qui me reviennent en tête. Je me réveille avec des cauchemars. J’ai des images de l’équipage, des passagers qui étaient si heureux », conclut-elle.

7sur7.be