Camp pénal libéreté 6 : Comment « Boy Djinné » vit en prison (Avocat)

L’avocat de Baye Modou Fall alias “Boy Djinné”, Me Abdoulaye Tall, confirme que son client est mal en point. “C’est d’ailleurs ce qui a motivé le report de son audition d’hier au 07 septembre prochain, en espérant que son état de santé s’améliore”, dit-il dans un entretien avec “L’Observateur”.

“Il m’a dit que son état actuel est dû à ses conditions de détention au Camp pénal de Liberté 6. En tant que son avocat, je dénonce avec la plus grande énergie le fait qu’il soit gardé dans un camp alors qu’il est juste placé sous mandat de dépôt. Il ne s’agit pas d’un condamné. Le Camp pénal de Liberté 6 n’est pas habilité à recevoir des inculpés ou des prévenus. Normalement, il (Baye Modou Fall) doit être gardé à Rebeuss ou au Cap Manuel. On a l’information qu’il est gardé dans une cellule étroite, complètement hermétique. Il y a des problèmes d’aération. Et il doit nettoyer ses toilettes lui-même. Ainsi, s’il tombe malade dans sa cellule, les toilettes ne seront pas nettoyées. Il est exposé à toutes sortes de maladies, toutes sortes d’infections”, dénonce-t-il.

“On nous a aussi dit que depuis son placement sous mandat de dépôt le 14 juillet dernier, il n’a reçu aucune visite de sa famille. On l’empêche également de faire ses visites de cour, de contact avec l’air, le vent et les rayons solaires. Ce qui fait qu’il y a des risques réels de perte de la vue, si la situation perdure (…). On le prive des repas qui lui sont préparés par sa famille, l’obligeant ainsi à consommer les repas servis par la maison d’arrêt, alors que ces plats ne sont pas bonne qualité. Son isolement est en train de détériorer sa santé physique, psychique et mentale. Quand on l’aperçoit, on se rend compte qu’on est en face d’une personne complètement affaiblie. Il a dit au juge que tous ses droits sont violés au niveau du Camp Pénal de Liberté 6”, poursuit l’avocat.

Me Tall dit avoir saisi le ministère de la Justice pour l’informer et le mettre en garde contre les violations des droits et de la dignité de Baye Modou Fall en prison. “J’ai fait ampliation de cette lettre à l’Observatoire

national des lieux de privation de liberté, à la direction de l’administration pénitentiaire et au directeur du Camp pénal de Liberté 6. J’ai alerté et je mets en garde les autorités. Je les mets devant leurs responsabilités et je les tiens pour responsable de tout ce qui pourrait arriver à mon client. Baye Modou Fall est célèbre parce qu’il s’est évadé, il n’est pas célèbre parce qu’il est un voleur. Le délit d’évasion ne mérite pas qu’on le traite de cette façon, inhumaine et dégradante”, argue-t-il, soutenant au passage qu’il craint pour la vie de “Boy Djinné”. “Si aujourd’hui on m’annonçait le décès de Baye Modou Fall, je ne serai pas étonné”, dit-il.