Baba Maal appelle à « soutenir davantage » le Festival de jazz de Saint-Louis

Le lead vocal du Dandé Lénol, Baba Maal, a souligné lundi la nécessité de soutenir davantage le Festival international de jazz de Saint-Louis (nord) au regard de l’impact positif de ce genre de manifestation culturelle sur l’image du pays.

« Je me rends compte que les Sénégalais ne se rendent pas compte de l’impact positif des évènements culturels sur l’image du pays à travers le monde. Nous devons travailler davantage à soutenir des évènements culturels comme le festival de jazz de Saint-Louis », a-t-il déclaré à des journalistes peu après s’être produit sur scène avec le bassiste sénégalais Cheikh Ndoye.

« Je pense que ce festival de jazz de Saint-Louis grandit de plus en plus. Je le dit souvent, il y a un aperçu que les sénégalais ne peuvent pas avoir par rapport aux évènements qui se passent ici à ce que ça représente dans le monde », a-t-il indiqué.

« Je voyage et je rencontre des promoteurs d’évènements et le nom du festival de jazz de Saint-Louis et d’autres évènements culturels qui se passent au Sénégal sont en train de ressortir un peu partout et les gens se donnent une impression vraiment formidable du pays », a souligné Baba Maal.

Le roi du « Yella » a ainsi fait part de sa satisfaction que le festival de jazz de Saint-Louis ait pu se tenir en dépit des difficultés et des menaces sur son existence. « C’est un festival pour qui représente beaucoup pour notre pays. On n’a plus le droit de baisser les bras après avoir organisé une vingtaine d’éditions », a-t-il dit.

Un arrêté préfectoral avait dans un premier temps interdit les manifestations publiques du festival en raison de difficultés de prise en charge du volet sécuritaire.

Une concertation entre les organisateurs, les promoteurs hôteliers de la ville et les autorités administratives a par la suite débouché sur un compromis sur la sécurisation de l’évènement qui s’est déroulé du 11 au 16 mai.

Ainsi, un millier de policiers, de gendarmes et d’agents de sécurité en civil ont été déployés pour garantir la sécurité dans les hôtels, les lieux publics et les manifestations liées au 24ème festival de jazz de Saint-Louis, selon le gouverneur de la région Alioune Aidara Niang.

« Le devoir de ce festival c’est d’exister, de démontrer que la culture est au-dessus de tout ce qui menace la cohésion sociale et amener les gens à comprendre que nous devons continuer à aller de l’avant », a rappelé Baba Maal.

Selon lui, « il y aura toujours des forces qui essayeront de nous retenir mais la culture est au-dessus de tout ».

« Le festival a démontré à certains touristes qui devaient venir et qui n’ont pas fait le déplacement et à certains bailleurs que la culture est une locomotive du développement, et non un frein », a-t-il ajouté.