Ansoumana DIONE à ses détracteurs : « je ne suis pas un malade mental. »

Malgré la noblesse de ses ambitions pour les malades mentaux qu’il défend depuis l’an 2000, il y a des sénégalais qui le prennent malheureusement pour un malade mental stabilisé. Et, ils pensent que c’est à cause de cela qu’il se distingue dans cette mission humanitaire que personne n’a osé entreprendre auparavant. D’ailleurs, certains n’hésitent pas à lui demander s’il souffrait de troubles mentaux, comme c’était le cas sur des plateaux de radio et de télévision. Tout ceci n’était qu’une façon de le décourager car personne ne s’interroge à ce point lorsqu’il s’agit de blanc qui s’active dans ce genre de pratique. Aujourd’hui, pour que le Sénégal accède à l’émergence, il faut que la société change de mentalité, en promouvant l’esprit d’entreprenariat dans chaque secteur d’activités. Mais, si c’est à cause seulement de mon engagement à soutenir les malades mentaux que je dois être considérer comme un malade mental, dans ce cas, j’accepte.

Rufisque, le 03 juillet 2016

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)