Aïda Ndiongue en audience spéciale devant la Cour d’Appel de Dakar

Poursuivis pour les délits de d’escroquerie portant sur des deniers, faux et usage de faux, exercice illégal de commerce par un fonctionnaire et complicité d’escroquerie portant sur des deniers publics d’une valeur de 20 milliards de francs CFA, Aïda Ndiongue et Cie vont comparaitre le 4 février prochain en audience spéciale devant la Cour d’appel de Dakar.
Relaxés par le juge du tribunal correctionnel de Dakar, Aïda Ndiongue et sa bande sont toujours devant la justice. L’ancienne sénatrice libérale, Aida Ndiongue et ses complices Abdou Aziz Diop, Amadou Ndiaye et Madou Sall étaient poursuivis pour les faits d’escroquerie portant sur des deniers, faux et usage de faux, exercice illégal de commerce par un fonctionnaire et complicité d’escroquerie portant sur des deniers publics. Relaxés purement et simplement par le tribunal correctionnel de Dakar en première instance, les prévenus ont encore comparu, hier, devant la cour d’appel de Dakar. Le motif de cette comparution est que le parquet, n’étant pas satisfait de la décision rendue en première instance, avait interjeté appel. Cependant, initialement programmé, hier, le procès en appel a été renvoyé jusqu’au 4 février prochain en audience spéciale. Selon le Président de la Cour d’appel, cette affaire vient d’être évoquée pour la première fois devant lui et que le dossier n’est pas en état d’être jugée. C’est sur le bénéfice de ces observations que le Président de la Cour d’appel a jugé utile de renvoyer l’affaire afin de permettre aux différentes parties de bien préparer leurs plaidoiries.
Il faut dire que les avocats de l’Etat du Sénégal étaient au palais de justice de Dakar, hier, espérant rattraper ce qu’ils ont perdu devant le juge correctionnel. Les défenseurs de l’Etat du Sénégal veulent faire témoigner le comptable David Hubert Thioune qui, on le rappelle est un témoin à charge contre l’ex sénatrice libérale et sa bande. En effet, cité en première instance, le comptable n’a jamais comparu devant le juge correctionnel malgré ses nombreuses convocations. Pour mémoire, le parquet avait requis, en première instance, 10 ans de prison ferme contre les mis en causes ainsi que la confiscation de tous leurs biens et une amende de 5 millions de francs CFA pour chacun. Les avocats de l’Etat du Sénégal avaient réclamés 25 millions en guise de dommages et intérêts, demandé la somme de 25 millions de francs CFA. Cependant en rendant sa décision, le juge avait relaxé purement et simplement les mis en cause. Il avait aussi ordonné la main levée des saisis des biens de l’ex sénatrice libérale.

Rewmi