Affaire Yama : Le mot de la fin qui clôt définitivement ses enquêtes

Notre mission est de donner, si elles sont en notre possession, les versions des faits des différentes parties dans une affaire qui atterrit dans les mains de la justice. Quoi que puisse être accablante ou gênante une version, nous avons le droit et le devoir d’être équitable sur la façon de traiter et de publier ces versions des faits.

Qualifiés publiquement de «menteurs», nous avons voulu pousser l’enquête, et avons rencontré les voisins qui nous ont donner aussi leur version des faits.

Conformément à notre credo –qui est le journalisme d’investigation-, notre équipe a fouillé de fonds en combles les dessous de cette affaire.

La justice ne peut pas être injuste… de même que le journalisme ne peut l’être. Cette affaire aurait été une affaire privée, elle ne serait pas traitée par la rédaction de SeneNews, car tous les 4 matins des affaires aussi «graves» nous tombent dans les mains, mais tant qu’aucune plainte n’est déposée, nous gardons notre neutralité sur ces sujets. Ayant atterri dans les mains de la justice, elle perd son caractère privé, car la liberté d’autrui (notamment T.M.D., quoi que puissent être les suspicions envers lui, car étant loin d’un enfant choeur suite à sa condamnation à Tivaouane pour des faits similaires) est mise en jeu. On ne peut se permettre de garder les infos sans donner les différentes versions.

Dans cette enquête que nous avons voulu objective, nous avons découvert énormément de choses. Mais, l’éthique et la déontologie qui fondent notre métier comme notre rôle d’éducateurs ne nous permettent pas d’étaler sur la place publique plus d’informations qui relèvent de la vie privée de notre animatrice préférée et de son présumé «violeur».

Mais, avec le recul, nous pouvons confirmer, sans risque d’être démenti, une fois de plus, que le site SeneNews a mené son travail avec professionnalisme et se rend disponible pour toute demande d’explications.