Abdoulaye Diouf Sarr annonce un conseil interministériel sur l’acte 3

Un Conseil interministériel sur l’Acte III de la décentralisation sera organisé d’ici à la fin de ce mois. L’annonce a été faite, hier, par le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr. C’est en prélude à cette rencontre, qu’il a tenu une réunion d’évaluation de l’Acte III de la décentralisation, avec les maires de la ville de Dakar, l’Association des maires de Sénégal (Ams), ainsi que l’Association des départements de Sénégal (Ads). Premier à prendre la parole, Mamina Camara, représentant du président de l’Ads, Adama Diouf, a, d’emblée, salué cette rencontre. Avant de souligner : «Certes, l’Acte III de la décentralisation a été voté et mis en œuvre en partie, mais nous sommes des élus locaux, et sur le terrain il y a des avancées, mais il y aussi des difficultés. Dans toute œuvre humaine, il y a des avantages, mais aussi des difficultés». Pour sa part, Abdoulaye Diouf Sarr a rappelé que le «Sénégal s’est lancé, à travers l’Acte III de la décentralisation, dans une ambitieuse politique de décentralisation qui vise à donner aux populations et à leurs représentants élus, la capacité de participer activement à la transformation politique, économique et sociale des différents territoires du Sénégal et au bénéfice des populations».
Diouf Sarr d’ajouter : «Après une année de mise en œuvre de la réforme, il était bon de s’arrêter et d’évaluer. C’est la raison pour laquelle, le président de la République a instruit le gouvernement de procéder à l’évaluation de la première année, pour identifier les progrès effectués, les difficultés et les contraintes, ainsi que les pistes de solutions». Ce qui, selon lui, a été fait, après la mise sur pied d’un comité d’évaluation regroupant toutes les parties prenantes : ministères sectoriels, associations d’élus locaux, secteur privé, société civile. «L’évaluation a été menée de manière participative et inclusive. Elle s’est déroulée de juillet à décembre 2015. Le rapport de synthèse a été restitué à l’occasion de comités régionaux de développement des quatorze régions et donné l’occasion aux différents acteurs de se prononcer. Le bilan établi par les acteurs s’articule autour des acquis, des limites notées dans la mise en œuvre et des recommandations, pour apporter des solutions aux différents problèmes rencontrés», a-t-il informé.