Abdou Faty du grand Cadre: « Si ce sont des effets d’annonces, cela va poser des problèmes »

Le président de la République, Macky Sall, a annoncé ce dimanche lors de son message à la nation que «la mise en solde des professeurs contractuels et maîtres contractuels, initialement prévue pour un effectif de 5000 enseignants dans la loi de finances 2016, sera portée à 10 000».

A cet effet, «la réponse des syndicats de l’Enseignements n’a pas tardé.  Sur les ondes de la Rfm, Abdou Faty de l’autre camp du grand cadre estime : «le Chef de l’Etat nous avait reçu le 10 octobre et avait donné une grande orientation pour aller dans le sens de régler définitivement les désaccords mais à notre grande surprise, chacun de ses ministres particulièrement le ministre du Budget, le ministre de l’Education ont trainé les pas. Aujourd’hui, nous pensons que cette fois-ci, il va retenir la leçon et mettre un dispositif de suivi pour que ses ministres aillent dans le sens de matérialiser ses indications».

Il souligne que «le problème des enseignants, c’est relativement leur carrière, problème d’avancement, de mise en solde, de régularisation des actes. S’il y a un bon timing, si ensemble on peut s’entendre sur un canevas pour régler cela dans le temps, il n’y a pas de problème. Mais si ce sont des paroles tout simplement, des effets d’annonces qui ne seront pas opérationnalisés par ses ministres, cela va poser problème».

Il termine : «nous attendons de voir. Le 10 octobre, il avait donné des orientations, cela n’a pas été suivi d’effets, cette fois-ci, nous demandons à l’Etat d’encadrer ces orientations par un comité de suivi avec un monitoring pour voir où on en est pour qu’on dépasse cette question de grève cyclique dans le système éducatif, cette prise d’otage du système éducatif public sénégalais».

IGFM