A peine viré de la SUNEOR, Abass Jaber veut revenir avec une autre société

A peine sorti de l’affaire Suneor que Jaber (photo) manœuvre pour le compte d’une huilerie française, Avril. Le patron d’Advens a sans équivoque annoncé soutenir la candidature du français Avril avec qui sa société Advens avait signé un protocole, il y a quelques mois, bloqué par l’Etat sénégalais. Selon Jeune Afrique qui donne l’info, Jaber estime que l’huilier français qui possède déjà Copéol (une coentreprise avec Castel), le numéro deux de l’arachide au Sunugaal, est «le seul candidat actuel qui soit capable de structurer réellement la filière arachide et qui connaisse le métier».
Dans un échange téléphonique avec JA, Avril a rappelé son «intérêt pour la filière oléagineuse africaine en général» et affirmé être «toujours positionné» pour la reprise de Suneor. Depuis quelques mois, plusieurs autres noms ont été cités comme candidats potentiels : l’Ivoirien Sifca (avec le soutien de son actionnaire Olam), l’Algérien Cevital (contrôlé par Issad Rebrab), notamment. Il faut rappeler, selon JA, que la question de la séparation des activités de trituration et de raffinage qui avait été à l’origine du blocage de l’accord de février 2015 entre Avril et Advens (Avril ne souhaitant à l’époque que reprendre la trituration), devrait être centrale dans les négociations à venir.