Vingt anti esclavagistes mauritaniens emprisonnés

Vingt membres de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA) ont écopé de peines de prison allant de 3 à 15 ans dans une affaire d’affrontements avec la police en fin juin, a-t-on appris de source judiciaire vendredi à Nouakchott.

Les peines ont été rendues dans la nuit de jeudi à vendredi par la Cour criminelle de Nouakchott qui a acquitté trois autres membres d’IRA dans la même affaire. Celle-ci est relative à des heurts lors du transfert de populations haratines (descendants d’ex esclaves) d’un terrain appartenant à un privé mauritanien à Nouakchott. Un car de la police a été incendié et plusieurs policiers blessés pendant ces heurts. Le parquet avait requis jusqu’à 20 ans de prison à l’encontre des condamnés, accusés d’émeutes et troubles à l’ordre public, d’opposition violente à la force publique et de destruction de biens publics. En Mauritanie, l’esclavage a été aboli officiellement en 1980 puis incriminé et réprimé par la loi en 2007 avant d’être classé « crime contre l’humanité ». Il a ensuite été qualifié «d’imprescriptible » par une nouvelle loi en 2015.