Une fournisseuse de la présidence meurt alors que l’Etat ivoirien lui doit 200 millions FCFA

Le Syndicat national des fournisseurs de’l’Etat de Côte d’Ivoire (SYNAFECI) a annoncé, dans un communiqué, transmis mercredi à APA, le décès de Mme Micheline Kissi Akainon épouse Ouattara, à qui la présidence ivoirienne doit 200 millions FCFA de factures impayées.
Selon Faustin Gré, le président du SYNAFECI, qui a signé le
communiqué, Micheline Kissi Akainon est décédée ‘’ totalement démunie,avec 200 millions de F CFA et plus de 7 voitures sous cale pour ses factures impayées par la Présidence de la République de Côte d’Ivoire ».

‘’Ses factures sont au nombre de celles de 1997 à 2010 auditées par l’Inspection Générale des Finances +IGF+, non encore budgétisées et payées jusqu’au jour d’aujourd’hui », précise M. Gré qui déplore que ‘’le paiement de la dette intérieure Ivoirienne, ne fait pas mouvoir le gouvernement alors que l’Administration partout dans le monde est une continuité ».

Mme Lacina Ouattara née Micheline Kissi Akainon faisait des
prestations de location de véhicules à la présidence de la République de Côte d’Ivoire, souligne Faustin Gré qui s’est rendu, mardi, au,domicile de la défunte, à la tête d’une forte délégation du syndicat.

Toujours, selon M. Gré, dame Micheline Kissi, ‘’diabétique n’a pas pu se soigner convenablement faute de moyens financiers alors que l’Etat’lui doit des millions », laissant derrière elle, ‘’une famille marquée à vie par cette perte intolérable ».

‘’Le SYNAFECI regrette beaucoup la situation que vivent les
fournisseurs de l’Etat de Côte d’Ivoire qui sont pour certains, des morts ambulants pour d’autres des malades chroniques non assistés avec leurs entreprises qui se meurent », se désole-t-il faisant remarquer
que ‘’ cette mort de trop mérite une attention toute particulière des autorités Ivoiriennes ».

Le mercredi 21 mai 2014, une jeune dame, Madjara Ouattara, âgée d’une trentaine d’années, s’était immolée devant le Palais présidentiel au Plateau, pour des factures impayées après des prestations à la présidence de la République.