Un vaste réseau de contrefaçon démantelé en Italie: Le cerveau est…sénégalais

La police financière de la région de Calabre, dans le sud-ouest de l’Italie a exécuté seize (16)  mandats d’arrêts dans le cadre d’une enquête de longue haleine dénommée “Easy Brand” (marque facile) concernant un réseau de faussaires. Ainsi, apprend-on de beaucoup de sites italiens visités à buzz.sn, 06 personnes ont été placées en garde à vue tandis que dix (10) autres sont en résidence surveillée.

Déjà, quarante (40) perquisitions ont été effectuées. Elles ont permis à la « Guarda di finanza » de mettre la main sur des biens d’une valeur totale de 1 million d’euros (650 millions FCFA). Les mis en cause sont poursuivis pour association de malfaiteurs, altération et utilisation de marques ou de brevets, introduction et commercialisation de produits contrefaits. Nous apprenons que plus de 200 financiers ont été mobilisés pour traquer le réseau qui a été perdu par l’un de ses membres de nationalité sénégalaise. Arrêté avec des milliers de vêtements de marque falsifiée, l’immigré Sénégalais ne sera pas toutefois le seul « indicateur » des enquêteurs. Ces derniers ont découvert un atelier de confection à même de les conforter dans leur conviction qu’ils ont affaire à un cartel dangereux mais, bien organisé. A partir de là, ils ont pu cartographier les zones de vente et délimiter le fonctionnement du réseau dans lequel chaque membre a un rôle bien défini.

Un vrai de travail de fourmis a également permis aux enquêteurs financiers de retracer l’ensemble de la chaine de contrefaçon, en partant de l’achat de matière première en Turquie ou en Chine jusqu’à la commercialisation des articles, en passant par l’emballage dans les ateliers de confection. C’est ainsi qu’ils ont pu mettre un nom sur les chefs du réseau et il se trouve qu’un Sénégalais est l’un d’eux. Il s’agit de Masokhna Lô. Agé de 57 ans, ce ressortissant sénégalais est naturalisé italien, précise les sites consultés par buzz.sn. L’autre cerveau de la bande est aussi un quinquagénaire nommé Giuseppe Spataro.

Les deux sont actuellement en détention en même temps que quatre de leurs complices dont un sénégalais du nom de El Hadji Malick Guèye. Dix autres personnes impliquées dans ce trafic sont placées en résidence surveillée. Dans ce groupe aussi appartiennent deux Sénégalais, Mamadou Moustapha Sarr (36 ans) et Samba Ndoye (26 ans). Les biens qui ont été saisis, à savoir trois immeubles, sept véhicules, 18 machines industrielles et 150 000 vêtements et accessoires de contrefaçon sont estimés à 1 million d’euros (650 000 000 FCFA). L’enquête suit son cours.