Un chercheur sénégalais plaide pour davantage de moyens financiers aux chercheurs africains

Le professeur sénégalais Daouda Ndiaye, vainqueur du Prix de l’Innovation Biologique 2016 pour sa découverte appelée « illumigene-Malaria », a plaidé mardi à Dakar pour davantage de moyens pour ses collègues africains soulignant que si ces derniers sont accompagnés, ils peuvent faire de très grandes découvertes.

« Aujourd’hui, la recherche africaine est reconnue et les chercheurs ont juste besoin d’être accompagnés par les gouvernants pour aller au-delà de leurs limites. Notre recherche a gagné de la crédibilité et nous sommes capables de faire de très grandes choses», a dit le professeur Ndiaye dans un entretien avec le média panafrican APA

Le professeur Daouda Ndiaye, chef du service de l’unité de Parasitologie-Mycologie du Centre hospitalier universitaire (CHU) de l’hôpital Aristide Le Dantec, a reçu le Prix de l’Innovation Biologique 2016 pour sa découverte appelée « illumigene-Malaria ».

« Nos Etats n’investissent que pour la recherche standardisée, ce qu’il faut dépasser en mettant beaucoup de plus de moyens dans la recherche. Mais les chercheurs doivent également collaborer avec le secteur privé», a-t-il encore dit.

Revenant sur le prix qui lui a été décerné, il a indiqué que cette distinction démontre que les chercheurs africain sont capables de réaliser de belles découvertes.

Le test Illumigène Malaria dont il est l’auteur, est, dit-on, très sensible et permet de traquer tous les parasites, de détecter toutes les parasitémies pour apporter un soutien considérable dans la prise en charge du paludisme en direction de malades qui en souffrent.

Selon lui, cet outil serait 80 000 fois plus rapide et plus puissant que les tests de diagnostic de malaria en vente actuellement sur le marché.

Breveté depuis le mois de janvier 2016, Illumigène Malaria établit une nouvelle norme de référence en vue d’un diagnostic et est déjà disponible en Europe et au Moyen Orient au moment où, 90 % des personnes qui meurent du paludisme viennent du continent africain.