Soro : « Les alliances interethniques auraient pu éviter toutes ces morts absurdes survenues à Bouna »

‘’Si nous avions suffisamment conscience et mobiliser autour des valeurs de fraternité comme le festival des alliances, peut être que nous aurions évité toutes ces morts absurdes survenues à Bouna’’ a regretté, jeudi, à Katiola (environ 400 km d’Abidjan), le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro, qui s’exprimait sur les affrontements intercommunautaires qui ont fait une vingtaine de morts et plusieurs blessés dans l’extrême Nord-Est du pays.
Selon M. Soro, il y a beaucoup plus de raison de soutenir le festival qui fait la promotion des alliances interethniques par ces temps qui courent.

‘’Regarder ce qui se passe à Bouna (…), regarder ces affrontements entre des groupes de notre propre pays » a-t-il fustigé, avant d’ajouter ‘’si nous avions suffisamment conscience et mobiliser autour des valeurs de fraternité comme le festival des alliances, peut être que nous aurions évité toutes ces morts absurdes survenues à Bouna ».

C’est pourquoi, estime Guillaume Soro, ‘’nos traditions méritent aussi d’être valorisées. Nos traditions méritent aussi qu’on y accorde de l’importance et de la considération ».

Pour lui, Il n’est pas question de laisser mourir les traditions africaines car ‘’perdre nos traditions c’est perdre notre âme ».

« Aujourd’hui quand vous prenez les quinze pays au monde qui sont les plus développés, ce sont les pays qui ont su allier développement et tradition. Les pays asiatiques nous montrent la voie » a-t-il fait remarquer, insistant que « ce sera à nous demain par la promotion des alliances d’enseigner à l’occident la vertu de l’arbre à palabre».

« Nous aussi nous pouvons donner des leçons, nous pouvons enseigner la tolérance, la fraternité, la cohésion » a-t-il poursuivi, ajoutant que « c’est pourquoi nous devons soutenir, nous devons nous impliquer. Les alliances consolident et solidifient la cohésion nationale. Les alliances interethniques célèbrent l’amitié et le respect mutuel».

Les alliances interethniques ou encore « pacte de non-agression » entre différents groupes ethniques de Côte d’Ivoire ou d’Afrique est un phénomène social qui autorise la plaisanterie ou même l’injure entre ces différents groupements de personnes sans risque de se faire agresser, ni verbalement, ni physiquement.

Outre les alliances interethniques par exemple, entre Agni (Est) et Baoulé (Centre), Senoufo (Nord) et Kôyaga ou Gouro (Centre-Ouest) ou encore Senoufo et Peulh (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, CEDEAO)…

Ces ‘’pactes de non-agression » existent également au sein d’un même groupe ethnique à travers les patronymes (entre les Koné et les Traoré), mais aussi entre différentes castes sociales
(forgeron et berger)…etc.

Parmi les dix commandements des alliés, selon un document produit par l’ONG convergence culturelle, figurent entre autres quelques recommandations telles que « tu n’ôteras point la vie à ton allié » ou encore « tu régleras à l’amiable tes différends avec ton allié » …etc.

1 Comment

Les commentaires sont fermés.