Sénégal: Ouverture de la 4e Rencontre annuelle des baromètres citoyens dans le monde

Les travaux de la 4ème Rencontre annuelle des baromètres citoyens dans le monde ont été ouverts, mardi à Saly Portudal (Ouest) par Joseph Pierre Ndiaye, directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale, en présence des professeurs Ibrahima Thioub, recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), et Abdou Salam Fall, coordonnateur du Laboratoire de recherche sur les transformations économique et sociale (Lartes).

« En intégrant le réseau Pal Network, le programme Jangandoo du Lartes vient de poser une nouvelle dimension de coopération sud-sud à travers la mesure de la qualité des acquis des élèves. Le réseau Pal Network a montré que les évaluations des compétences de base en lecture et calcul, menées par les citoyens et dans les ménages, sont le seul moyen de savoir si tous les enfants ont acquis des compétences de base utiles qui sont les blocs de construction pour tout progrès futur dans l’école », a affirmé Joseph Pierre Ndiaye, en ouvrant la rencontre.

Axée sur le thème «De l’évaluation à l’action», la 4-éme Rencontre annuelle des baromètres citoyens dans le monde est organisée par le Laboratoire de Recherche sur les Transformations Economiques et Sociales (LARTES) de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

« La tenue de cette rencontre au Sénégal témoigne de la volonté des pays membres du Pal Network à réaliser un baromètre citoyen sur la qualité de l’éducation et à relever les défis auxquels le monde contemporain est confronté. Elle magnifie surtout les efforts menés par ces pays pour asseoir un réseau viable et durable, autour de l’éducation, reposant sur une co-construction entre scientifiques et acteurs de la société civile », a dit, pour sa part, le recteur de l’Ucad, le professeur Thioub.

Plus de 150 participants, en provenance de tous les pays membres du Réseau d’action citoyenne pour l’apprentissage (PAL Network, sigle anglais), prennent part à ces assises qui prennent fin dimanche.

Composé de neuf pays travaillant dans trois continents, le Réseau PAL a pour objectif d’évaluer les compétences en lecture et en calcul, de tous les enfants, dans leurs foyers, à travers des évaluations annuelles menées par des citoyens.

Le modèle est issu de l’Inde en 2005, où il est connu sous l’acronyme « ASER » (qui signifie « l’impact»). En 2008, le Pakistan a adopté le modèle en utilisant la même dénomination – ASER Pakistan. Le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda ont rejoint le réseau, un an plus tard, et ont baptisé leur initiative «Uwezo» (qui signifie «la capacité»).

En 2011, le Mali rejoint le groupe avec le nom «Bɛɛkunko» («nous sommes dans le même bateau»).

Le Sénégal suivra peu de temps après avec «Jàngandoo» («apprenons ensemble»), un baromètre mis en œuvre par le LARTES destiné à évaluer la qualité de l’apprentissage des enfants âgés de 6 à 14 ans au Sénégal.

Le Nigeria est le dernier pays à rejoindre le réseau et il a appelé son évaluation «Lear Nigeria».