Rencontre « dangereuse » entre un avion chinois et un avion américain

Un avion militaire chinois s’est approché de manière « dangereuse » d’un avion militaire américain près d’un îlot à la souveraineté contestée en mer de Chine méridionale, a annoncé vendredi 10 février le commandement des forces américaines dans le Pacifique.

L’incident, survenu le mercredi 8 février, s’est produit près du récif de Scarborough, dont les Philippines et la Chine se disputent la souveraineté, a déclaré un responsable américain de la Défense. L’appareil chinois, un avion de patrouille maritime KJ-200, s’est approché à environ 300 mètres de l’appareil américain, une manœuvre jugée « dangereuse » par les militaires américains.

L’appareil américain, lui aussi un avion de surveillance maritime, un P3-C Orion, effectuait « une mission de routine conforme aux règles internationales » dans « l’espace aérien international», a indiqué le commandement américain. Les Etats-Unis évoqueront le problème avec Pékin « à travers les canaux diplomatiques et militaires appropriés » selon la même source.

Pékin revendique la mer de Chine méridionale

De son côté, un responsable du ministère chinois de la Défense a assuré au journal officiel Global Times que l’avion chinois concerné assurait « une mission de routine » dans la zone et que le pilote « avait réagi de façon légale et professionnelle ». « Nous espérons que les Etats-Unis (…) adopteront des mesures pratiques pour éliminer les facteurs à l’origine de ces incidents entre les deux pays dans les espaces aériens et maritimes », a ajouté ce responsable, non nommé par le quotidien.

La Chine revendique la majeure partie de la mer de Chine méridionale, mais des nations riveraines (Philippines, Vietnam, Brunei, Malaisie) ont des prétentions concurrentes et contrôlent chacune plusieurs îlots de cette vaste zone. Pour appuyer ses revendications, la Chine a mené d’impressionnants travaux de remblaiement pour transformer des récifs et des îlots en îles artificielles accueillant pistes d’atterrissage, ports et infrastructures militaires.

Les Etats-Unis ne prennent pas parti sur le fond dans ces conflits de souveraineté mais estiment qu’ils doivent être résolus par la diplomatie et non par une politique du fait accompli militaire. Ils envoient notamment des avions ou des navires militaires circuler dans les zones contestées, pour montrer qu’il s’agit, pour Washington, d’espaces internationaux qui ne peuvent être accaparés par une nation en particulier.

RFI

Partager

Laisser un commentaire