PROCES HABRE : La plaidoirie historique de Me Mbaye Séne censurée par les Chambres Africaines (Vidéo)

Les avocats commis d’office pour la défense de Hissein Habré, Me Mbaye Sène et ses confrères, Mounir Balal et Abdoul Gningue, ont plaidé non coupable lors de leurs intervention en février dernier. Si les interventions de Mounir Balal et Abdoul Gningue ont été rendues publiques, celle de Me Mbaye Sène a été censurée par toutes les télévisions africaines et particulièrement celle du Tchad et du Sénégal.

Retour sur une plaidoirie censurée suivie de la vidéo

Me Mbaye Sène a clôturé les plaidoiries de la défense. « Habré n’est pas coupable des faits qui lui sont reprochés », a d’emblée dit l’avocat.

Sur l’argumentaire des parties civiles et du parquet, la création de la Dds serait une preuve de la planification par Hissein Habré des exactions commises au Tchad sous son régime, l’avocat cite l’article 2 du décret de cette structure.

En effet, ce décret dispose que : « Par délégation permanente du président de la République, le ministre de l’Intérieur assure la tutelle administrative de la Dds ».

En vertu de ce décret, a conclu Me Sène, l’argument de la Dds pour incriminer Habré ne devrait pas être retenu par la Cae.
Concernant le témoignage de Khadidja Hassan Zidan qui a été brandi par le parquet général, l’avocat de la défense est revenu sur sa première déposition au Tchad : « J’ai dit toute la vérité quand j’ai été interrogée au Tchad », avait-elle affirmé.

Sur les circonstances de ses rapports avec le président, a expliqué Me Mbaye Sène, Mme Zidan aurait déclaré, la première fois, avoir été amenée à la présidence de la République où on aurait essayé de la forcer à avoir des rapports avec le président tchadien d’alors.