Procès de l’assassinat du général Guéi: Comment Séka Séka et Dogbo Blé ont réagi à leur condamnation à la prison à vie

Près d’un mois après son ouverture, le 21 janvier 2016, le procès de l’assassinat du général Robert Guéi, a vu son épilogue se jouer, ce jeudi 18 février 2016.

Et, comme dans la plupart des procès, joie et tristesse se sont côtoyées. C’est sans doute le dernier sentiment qui a envahi Anselme Séka Yapo dit Séka Séka et Bruno Dogbo Blé, condamnés à la prison à vie. De fait, après que le juge a prononcé la sentence, les deux ex-piliers de l’appareil sécuritaire et défensif de Laurent Gbagbo, se sont recueillis avec leurs familles et leurs avocats. Visiblement touché par cette condamnation, l’ex-patron de la Garde républicaine, Dogbo Blé, s’est cependant efforcé de garder le sourire. Pendant quelques minutes, il a échangé des mots d’encouragements à l’endroit du prévenu Kouadio Kouadio, comme pour le rassurer. Car, à la barre, ce dernier a soutenu avoir vu le général déchu à la Cathédrale le 19 septembre. Chose que Dogbo Blé a nié tout au long de l’audience. Vêtu d’un costume sombre, le militaire s’est laissé photographier en compagnie de plusieurs de ses proches. A quelques détails près, c’est la même attitude qu’a adoptée Séka Yapo Anselme. Reconnu coupable par le Tribunal d’avoir donné la mort au général Guéi ainsi qu’à son épouse et aux éléments de sa garde, l’ex-aide de camp de Simone Gbagbo s’est montré plus expressif, blaguant au passage avec les nombreux soldats venus lui témoigner leur soutien. Quand est arrivé le moment de retourner dans leur lieu de détention, les deux militaires ont, une fois de plus, rassuré leurs proches. « Un général n’est jamais découragé », a lancé Dogbo Blé, avant de prendre place à bord du véhicule de gendarmerie à vitres teintées, qui lui a servi de transport tout au long du procès. Procès dont la fin des débats a été prononcée autour de 10h 30, par le juge Dembélé Tahirou. C’est à 14h 43 soit plus de quatre heures après la suspension de la séance, que le juge-président a lu la décision du tribunal. 13 des prévenus ont été reconnus non-coupables par le tribunal. Ce sont Kouadio Kouadio, Maplé Emmanuel, Zahui Bouli, Gueu Flan, Yada Zahoré, Katé Gnatoa, Lath Latro Agnissan Yapi, Jean Koudou, Koné Kilagninama, Sombo Yapoga, Gnali Dogba et Aby Jean. D’autres ont été reconnus coupables mais le Tribunal a décidé de leur faire bénéficier de circonstances relativement atténuantes.