Pour la première fois, certains sondages donnent Trump gagnant face à Clinton

Pour la première fois, Donald Trump semble combattre à armes égales avec Hillary Clinton. C’est en tout cas le résultat des dernières estimations, calculées par le site spécialisé RealClearPolitics (RCP). En effet, devant choisir entre le Républicain Donald Trump et la Démocrate Hillary Clinton, le scénario le plus probable dans la course à la Maison-Blanche, les sondés donnent une avance de 0,2 % au milliardaire new-yorkais. L’écart est certes étroit, mais montre la courbe grandissante de popularité de Trump, qui dépasse pour la première fois Clinton.

tableau sondage clinton trump

Pour calculer l’avance générale de Trump (0,2%), RCP a utilisé cinq des principaux sondages, commandés par les différents médias américains. Trois d’entre eux donnent l’avance au Républicain.

ABC News/Washington Post: Trump (+2%)

NBC News/Wall Street Journal: Clinton (+3%)

Rasmussen Reports: Trump (+5%).

FOX News: Trump (+3%)

CBS News/New York Times: Clinton (+6%)

Clinton riposte

La nette avance que possédait l’ancienne sénatrice de l’Etat de New York depuis le début de la campagne, et qui dépassait encore dix points en moyenne il y a un mois, a fondu. Se sachant désormais au coude-à-coude avec Donald Trump, Hillary Clinton tente à présent de mettre l’accent sur sa différence avec le candidat à l’investiture républicaine, avec un nouveau slogan: « Nous sommes plus forts ensemble » (« We’re stronger together »).. « Je ne veux pas que les républicains modérés, les démocrates et les indépendants commencent à considérer sa candidature comme normale. Elle ne l’est pas« , a-t-elle argumenté dimanche lors d’un discours.

Elle a mis en avant les déclarations et les propositions de Donald Trump en matière de politique étrangère. L’homme d’affaires a notamment proposé de faire exécuter les familles de terroristes, de laisser davantage de pays se doter de l’arme nucléaire et de dialoguer avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, dont il s’est dit admiratif.

« Swing states »

Globalement, 31 Etats sont déjà « sûrs » car ils votent historiquement pour le même parti à chaque élection, explique The Guardian. Les entreprises de sondages investissent donc leur temps et leurs ressources sur les Etats susceptibles de faire pencher la balance électorale d’un côté, comme de l’autre. C’est ce qu’on appelle les « swing states« , c’est-à-dire les Etats indécis, qui ne votent pas toujours pour le même parti. C’est le cas, par exemple, de l’Arizona, de la Floride, de la Caroline du Nord ou encore de l’Ohio. Pour l’instant, aucun des deux probables candidats n’a d’avance significative dans un de ces Etats, ce qui y promet une campagne et une bataille très animées.