Paul Manafort, directeur de campagne de Donald Trump, jette l’éponge

Les révélations du New York Times sur ses liens avec des responsables pro-russes en Ukraine ont eu raison de lui.

L’ex-homme fort de Donald Trump dans la tourmente. Paul Manafort, qui présidait jusqu’ici l’équipe de campagne présidentielle du candidat républicain, a démissionné de ses fonctions. Alors que le magnat de l’immobilier, en perte de vitesse dans les sondages, tente de redonner un nouveau souffle à sa campagne, la démission de son conseiller reste pour l’heure inexpliquée – officiellement. 

Cependant, d’après Reuters, plusieurs sources au sein du camp Trump affirment que ce dernier était mécontent de son collaborateur pour plusieurs raisons. Eric Trump, fils du candidat, a expliqué que la multiplication des polémiques entourant Paul Manafort, notamment sur ses liens avec des responsables pro-russes en Ukraine, avait pesé sur la décision. Sur Fox New, il indique : “Je crois que mon père ne voulait pas être distrait avec, vous savez toutes ces choses concernant Paul”.

Pour tenter d’inverser la vapeur et redonner un nouveau départ à sa campagne qui peine à décoller, Donald Trump a remanié son équipe pour la deuxième fois en moins de deux mois, notamment pour réduire les attributions dévolues à Paul Manafort. Ce dernier avait été recruté en mars par le candidat, soucieux de professionnaliser sa campagne. Mais le conseiller n’aura pas réussi à canaliser Donald Trump, auteur de dérapages à répétition et de polémiques en tout genre depuis son départ dans la course à la présidentielle.

Des liens qui ne passent pas

Dans un communiqué, Donald Trump précise encore : “Ce matin, Paul Manafort m’a présenté sa démission de la campagne et je l’ai acceptée. Je suis très reconnaissant de l’important travail qu’il a accompli pour nous aider à être là où nous sommes aujourd’hui et en particulier sa contribution pour nous guider parmi les délégués dans la procédure de la convention »,

Donald Trump était particulièrement courroucé par les révélations sur le passé de Paul Manafort, soupçonné d’avoir touché des paiements secrets pour ses conseils et services à l’ancien président ukrainien pro-russe, Viktor Ianoukovitch, entre 2007 et 2012. Selon le New York Times, les versements auraient dépassé les 12 millions de dollars (environ 10 millions d’euros). Une information contestée par le principal intéressé.