Municipales au Burkina : Timide démarrage de la campagne électorale à Ouagadougou

La campagne électorale pour les élections municipales du 22 mai prochain au Burkina Faso ont démarré timidement à Ouagadougou, a-t-on constaté sur place, dans la capitale burkinabè.

L’effervescence n’est pas encore au rendez-Ouagadougou en cette période de campagne électorale pour les élections municipales prévues dans deux semaines au Burkina Faso.

En effet, en ce premier jour de la campagne, il n’y a pas beaucoup de signes pouvant faire penser à une campagne électorale hormis quelques rares affiches sur des arbres ou des murs, dans certains secteurs de la ville.

Pour ce scrutin, 5.539.384 électeurs sont inscrits sur la liste électorale et ont été répartis dans 17 998 bureaux de votes.

Quelque 85 structures sont en compétition, notamment 12 regroupements indépendants et 72 partis politiques.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Barthélémy Kéré, dans un message publié vendredi, à 24h de l’ouverture de la campagne électorale, a appelé les différents acteurs politiques à « être des vecteurs de paix, en cette période particulièrement active et sensible du processus électoral ».

S’adressant à l’ensemble des acteurs du processus électoral notamment aux partis politiques, aux regroupements d’indépendants et aux candidats en compétition dans les différentes circonscriptions électorales, le président de la CENI a souligné que ce scrutin est d’une grande importance car constituant « un grand rendez-vous de chaque électeur avec l’histoire et avec sa conscience ».

Ces élections, a-t-il ajouté, sont « une opportunité inégalée pour le citoyen d’engager sa responsabilité, à travers l’exercice de son droit de vote, de participer au développement de son terroir, de son arrondissement, de sa commune et partant, de son pays tout entier ».

Barthélémy Kéré a souhaité que la campagne électorale qui se déroulera du 7 au 20 mai 2016, soit « une campagne apaisée et civilisée, marquée des sceaux du patriotisme, de la loyauté, de l’intégrité et du respect mutuel ».

Les municipales du 22 mai au Burkina Faso permettront d’élire les conseillers municipaux de 351 communes dont 49 communes urbaines et 302 communes rurales.