Moqué pour sa voix, Emmanuel Macron se fait désormais coacher… par un chanteur d’opéra

Depuis quelques temps, Emmanuel Macron fait appel à un chanteur d’opéra pour l’aider à maîtriser sa voix. Le candidat à la présidentielle est en effet régulièrement moqué pour sa voix, dont il a parfois perdu le contrôle en meeting.

« Et pour gagneeeeeer, ce que je veeeeeeeux, c’est que vooooooous, partooooooout, vous allez le faire gagneeeeeer parce que c’est notre projeeeeet ! » Il s’est peut-être vu charismatique, grand tribun, exalté. Il a surtout suscité les railleries. Le 10 décembre dernier, la voix d’Emmanuel Macron en meeting à Versailles s’envole, s’éraille, part en vrille, dans les aigus. Et ce qui devait être une apothéose, un feu d’artifice, un point d’orgue, a fini en pétard mouillé… moqué, critiqué, détourné sur les réseaux sociaux.

Il voulait être impressionnant, il a été tourné en ridicule. « Macron a goûté au pouvoir et donc il a allumé une mèche. Il a eu d’un coup cette bouffée de puissance qui enflamme le corps mais le corps n’est pas prêt », analysait ainsi Jean Sommer, coach vocal pour BFMTV, le 14 janvier dernier. « C’est un peu comme s’il voulait sonner le clairon avec une flûte en bois. Et ça ne sort pas parce que le corps n’a pas été préparé. » Au point que lors d’un déplacement à Quimper, le candidat avait même perdu la voix. Aphone, le grand orateur. Et moins facile, du coup, pour réveiller la France.

Jusqu’à maintenant, nous rappelait Paris Match dans un portait de novembre dernier, c’est Brigitte Macron, sa femme et ancienne professeure de théâtre qui tenait le rôle de « coach vocal » pour les meetings. Emploi fictif, au vu des résultats ? Sans doute pas. Le documentaire « La stratégie du Météore » montre en effet ces moments de répétition, où, devant Emmanuel Macron qui répète les phrases de son discours, sa femme Brigitte ne laisse rien passer. « Ta voix elle tombe, monte ta voix. Fait monter ta voix », conseille-t-elle. Bon visiblement, il l’a écouté, mais la voix est trop montée.

En politique, maîtriser les codes de l’opéra serait-il d’un plus grand poids que ceux du théâtre et la mise en scène ? Mozart et Wagner enconceraient-ils Racine ou Corneille ? Toujours est-il que le candidat à la présidentielle a fait appel à une autre aide, à côté de celle de sa femme : un chanteur d’opéra, en la personne de Jean-Philippe Lafont, un baryton-basse qui a tourné sur les plus grandes scènes du monde, incarnant Don Quichotte, MacBeth, ou encore Otello. Le site l’Opinion le révélait il y a quelques jours : il donne « régulièrement » des cours au candidat, lui apprend à poser sa voix, notamment via un travail physique technique sur la maîtrise vocale.

L’idée de ce coaching aurait été soufflée par Sylvain Fort, conseiller en communication de Macron, et également directeur de la publication de Forumopera.com. Et si, aux dires du Parisien, Emmanuel Macron ne tarit pas d’éloges sur son baryton, ce dernier préfère rester discret, et n’évoque que du bout des lèvres leur collaboration.

Reste que, si le fait peut paraitre loufoque, Emmanuel Macron n’est pas le premier à se faire briefer les cordes vocales. François Hollande avait en 2012 fait appel aux services d’un ancien coach vocal de la Star Academy ,et à ses techniques bien particulières. « Pour ouvrir son diaphragme, le socialiste criait ‘orang-outan’ de manière répétée dans sa loge avant les meetings », révèle ainsi le Parisien.

De même, Cécile Duflot, l’ex-patronne d’EELV, qui avait une voix irritante, presque d’adolescente criarde, a d’abord soigné le problème médical que lui donnait ce timbre, avant de travailler son intonation avec un orthophoniste. Benoit Hamon et François Fillon travaillent eux, sans coach. « Il a naturellement une voix grave, posée et du coffre ainsi que 36 ans d’expérience des meetings », indique l’entourage du candidat LR au Parisien. Petit tacle en passant, gratuitement.

Lci

Partager

Laisser un commentaire