Mauritanie : Des journalistes en taule du jour au lendemain…

« Le procureur de la « République » de Nouakchott a délivré un mandat de dépôt contre Jedna Deida, directeur du site Mauriweb.info et Babacar Baye N’diaye, webmaster du site Cridem org en fin d’après-midi du jeudi 07 avril. »

« Babacar N’diaye et Jedna Deida écroués à la prison civile de Nouakchott »

Lire : http://www.lecalame.info/?q=node/3765

Lien de l’article incriminé « Urgent : Bedr Ould Mohamed Ould Abdel Aziz aurait-il tiré sur un berger? »:http://mauriweb.info/node/1674#sthash.EKVgFVB2.dpuf

 

Article 10  de la constitution Mauritanienne:

« L’Etat garantit à tous les citoyens les libertés publiques et individuelles notamment :

  • la liberté d’opinion et de pensée ;
  • la liberté d’expression ;
  • la liberté de réunion ;
  • la liberté d’association et la liberté d’adhérer à toute organisation politique ou syndicale de leur choix ; »

C’est cas même terrifiant, Badr Ould Mohamed Abdel Aziz tire à bout portant sur une jeune fille, il paye à demi-mot à peine une amende de  50 milles ouguiyas « 100 euros  » devant le  procureur parce qu’il est le fils d’un  faux général Aziz au pouvoir ,pis des journalistes sont mis sous mandat de dépôt à la prison civile de Nouakchott  pour un article rédigé au « conditionnel » comme des délinquants où trafiquants notoirement dangereux parmi les cartels de la drogue que gère le fils du général .

Comment expliquez-vous cela dans un état de droit qui se vante d’être démocrate qui garantit la liberté d’expression, d’opinion et d’association ?

Ce qui est sûr, il y a eu des employés du ranch présidentiel blessés par balles, Badr était présent dans l’endroit où s’est passé l’incident  donc il fallait faire une mise au point, si les journalistes avaient seulement refusés de la publier, de là, on peut parler la diffamation puis depuis quand la diffamation conduit des journalistes en prison où n’importe qui ? Qu’ils nous sortent le code pénal mauritanien sur la diffamation maintenant.

Toute la famille du borgne fou général  semble occuper le poste présidentiel comme si lors des  élections présidentielles, c’est toute une famille qui s’est  portée   candidate non un candidat. À notre connaissance c’est Aziz le rebelle  l’usurpateur du poste présidentiel non Badr oui ou non?

Depuis plus d’un an Biram Dah Abeid et Brahim Rhamdane Ould Bilal sont jetés en prison  victimes du  même cinéma donc des  otages du pouvoir  illégalement, injustement sur des accusations fallacieuses :  »  rébellion non armée, appartenance à une ong non reconnue blablabla etc… »

Trop c’est trop, il faut siffler la fin de la récréation pour cette famille des borgnes kleptomanes, délinquants notoirement mouillés dans des affaires graves de crimes de sang, économiques et trafic des produits illicites.

Les journalistes et les abolitionnistes arrêtés  doivent recouvrir immédiatement leur liberté sans condition. Faites vos sit-in et manifestations devant le palais présidentiel même s’il y aura mort d’hommes et femmes.

Diko hanoune