Mauritanie: Alerte Urgente sur le massacre des minorités

Nous rappelons à la communauté internationale son devoir à protéger tout peuple menacé, nous attirons l’attention de la communauté internationale que le président Mauritanien cherche un facteur déclencheur d’une guerre civile et qu’il a armé les éléments minoritaires maures pour nettoyer la Mauritanie des ethnies noires qui sont : Soninké,Wolof, Bambara, Haalpoular et Haratine estimés à plus de 85% de la population  globale. Des renforts sont faits par le plein des citoyens du Sahara occidental et des Touaregs du Mali un enrôlement soi-disant biométrique pour sécuriser les titres d’identités qui exclut une grosse partie des communautés noires  citées ci-haut

L’heure est très grave, nos camarades sont détenus dans des conditions indescriptibles, ils sont tous à l’isolement total , les avocats se sont présentés et le procureur de la République est en Arabie saoudite pour la Oumra (Mecque) nous dit-on, l’adjoint au procureur  déclare qu’il n’est même pas au courant d’une série d’arrestations arbitraires et surtout Il ne dira  même pas  qu’il va s’informer sur  la situation ni   vérifier  l’information comme si c’est normal qu’on met  des citoyens en détention comme ça   sans en informer le procureur d’ailleurs qui devrait délivrer les mandats d’arrestations ; pire   cela ne préoccupe pas  le premier magistrat du pays . C’est extrêmement grave et dangereux dans un pays. Une preuve nous n’avons pas un état mais des irresponsables  à la tête du pays.

L’interrogatoire de tout détenu ne devrait se faire sans la présence d’un avocat, dès les premières heures de son arrestation, il doit être assisté par un membre de sa famille au choix et de son avocat, le pouvoir du président Aziz a signé, ratifié et adopté  une loi à l’assemblée nationale par sa majorité de brebis « galeuses » ci-dessous.

L’Assemblée nationale adopte les projets de loi contre la torture Nouakchott,  13/08/2015

« L’Assemblée nationale a adopté jeudi soir à l’unanimité, au cours d’une plénière présidée par le député Mohamed Ould Boilil, son président les projets de loi sur la torture et la mise en place d’un mécanisme national de prévention (MNP) contre cette pratique.

Il s’agit du projet de loi N° 049-15 qui abroge et remplace la loi N° 13/011 en date du 23 janvier 2013 portant répression des crimes d’esclavage et de torture en tant que crimes contre l’humanité et du projet 050/15 instituant un mécanisme national de prévention de la torture (MNP).

Le gouvernement était représenté à cette séance par M. Brahim Ould Daddah, ministre de la justice qui a souligné l’importance que représente ce projet de loi pour la Mauritanie. »

Lire  en entier  site officiel du gouvernement mauritanien: http://fr.ami.mr/Depeche-32602.html

 

Depuis leurs arrestations, ni les avocats, ni leurs familles ne savent les lieux de leur  détention arbitraire et séquestration. Il parait qu’ils sont détenus à l’école de police mais qu’on les déplace tous les jours d’un lieu à un autre. Certaines informations qui s’infiltrent laissent croire que les otages sont divisés en deux groupes : les haratine issus de la communauté victime directement de l’esclavage des maures dans les locaux de la direction sureté de l’état  et ceux qu’ils appellent péjorativement « L’kwar » de l’autre à l’école de la police. Ils subissent des tortures physiques, psychologiques et morales tout  en apprenant les élèves  officiers  en formation de la  police Mauritanienne comment ils doivent torturer les opposants encombrants.

La stratégie consiste en premier lieu de monter les L’kwar  (haalpoular, soninké, wolof et bambara) contre les haratine et vice-versa    pour diviser la cohésion de l’ong IRA-MAURITANIE et à la fois rallumer la flamme des tensions communautaires (Ethniques)  entre les composantes noires du pays pour asseoir le pouvoir des maures aisément  dans la durée qui empêche le général Aziz de dormir.

Appel  à la communauté internationale à faire pression sur les autorités mauritaniennes. Nous appelons à  des manifestations quotidiennes devant la direction de la sureté et l’école de la police pour exiger la libération immédiate des otages du pouvoir, il n’en est pas question de laisser passer ces genres de pratiques moyenâgeuses  barbares en plein  2016 au vu et su de tous et toutes. Que le sommet arabe se tient à Nouakchott ou ailleurs les mauritaniens n’en ont rien à  faire de ça, ils sont plus préoccupés par la situation sociale explosive quotidienne  dont ils manquent de tous : accès aux soins médicaux, hôpitaux, enseignements, revenus minimums, l’accès à l’emploi et  la formation, logements sociaux  etc…la liste est interminable. Mauritanien debout, l’heure de réclamer son dû à sonner !

Nous comptons sur vos actions urgentes et rapides.