Mali : des Peuls dénoncent des exactions contre leur communauté

L’armée malienne et des milices tuent et arrêtent-elles « injustement » des civils peuls pris pour des jihadistes ? C’est en tout cas ce que dénonce une association malienne regroupant des membres de cette communauté.

« Ces dernières semaines, plus de quinze civils peuls ont été tués comme ça », a expliqué dimanche 25 avril à la presse Oumar Aldjana, responsable de l’association « Kawral poulakou » (l’union des Peuls, en langue pulaar), qui revendique plusieurs milliers de membres.

« On prend parfois tous les Peuls pour des jihadistes, mais c’est faux. Il ne faut pas faire d’amalgame. Nous sommes fiers d’être des Maliens mais nous sommes aussi fiers d’être Peuls », a poursuivi Oumar Aldjana.

L’armée maliennne conteste 

Des accusations que conteste l’armée malienne. « Sur les cas de tueries de civils peuls, je n’ai aucun élément pour répondre mais j’insiste : notre armée est respectueuse des droits de l’homme. Donc, je ne confirme pas ces tueries », a répondu une source militaire, demandant à ne pas être citée nommément.

L’association « Kawral poulakou » affirme par ailleurs soutenir l’accord d’Alger pour le retour de la paix dans le nord du Mali, signé en mai-juin 2015 entre le camp gouvernemental et l’ex-rébellion à dominante touarègue. Elle s’est engagée à travailler pour le retour « au sein de la République » du Mali de certains jeunes Peuls qui ont intégré les rangs des islamistes du « Front de libération du Macina » (FLM).

Le FLM, basé dans le centre du Mali, est dirigé par le prédicateur radical malien Amadou Koufa, un Peul lui aussi, allié à Iyad Ag Ghali qui dirige le groupe terroriste du nord du pays, Ansar Eddine. Ces deux groupes revendiquent régulièrement des attaques dans le Nord et le Centre du Mali.