Mali: débats houleux à l’Assemblée nationale pour la révision du code électoral

Au Mali, le projet de loi révisant le code électoral provoque une véritable levée de boucliers dans le pays. Le texte est à nouveau au menu de l’Assemblée nationale ce vendredi. Alors que la veille, pas moins de 138 amendements ont été déposés par l’opposition, mais aussi par la commission des lois de l’Assemblée.

Le projet de loi qui fait débat exige qu’un candidat à la présidence soit parrainé par au moins quinze députés et cinq conseillers nationaux, contre dix députés actuellement. Or à ce jour, seuls trois partis disposent de ce nombre d’élus à l’Assemblée, cela exclurait donc de fait les petites formations. Deuxième point d’achoppement, la caution que doit déposer le candidat : 35 millions de francs CFA contre 10 millions aujourd’hui, c’est plus du triple.

Le texte prévoit également que le candidat doit être « de nationalité malienne d’origine », un point qui suscite un certain malaise. Enfin, il y a débat sur la composition de la Commission électorale nationale indépendante. Le projet prévoit qu’elle soit constituée proportionnellement au nombre de députés alors que l’opposition souhaite que les dix sièges de la Céni soient répartis de façon égale, moitié/moitié entre la majorité et l’opposition.

L’opposition, qui exigeait le retrait pur et simple du texte, n’a jusqu’à présent pas été écoutée, mais un responsable de l’opposition assure qu’il n’y aura pas de boycott.