Libye: pourquoi le général Haftar est désormais incontournable

Le général libyen Haftar, responsable des forces de l’Est liées au Parlement de Tobrouk, a fait une visite surprise à Ndjamena ce mercredi. Au menu de ses entretiens, la situation sécuritaire à la frontière entre les deux pays. Au plan intérieur, l’homme a fait parler de lui en s’emparant des terminaux pétroliers de l’Est, les plus importants du pays, en début de semaine. Il y a des facteurs anciens et d’autres plus récents qui font que le général Khalifa Haftar demeure une figure majeure et centrale dans l’équation politique et militaire libyenne. Des raisons qui expliquent que la communauté internationale n’a pas pu l’intégrer dans le processus politique libyen. Mais elle n’a pas pu l’exclure non plus.

 • De solides connexions

Tout d’abord, le vieux militaire chevronné possède des connexions multiples à l’étranger. Il a des relations africaines fortes, comme avec l’Egypte et le Tchad. Il a aussi ses relations au Moyen-Orient. Enfin, la France et l’Italie l’ont aidé dans sa guerre contre les jihadistes à Darna et à Benghazi dans l’est du pays.

Sur le plan intérieur, le général Khalifa Haftar a la bénédiction vitale des tribus, un appui que le gouvernement de Tripoli ne possède pas. Ce sont ces tribus qui ont permis à l’armée libyenne dirigée par l’homme fort de l’Est, de reprendre les champs pétroliers sans affrontement. Actuellement, Haftar a plus de la moitié de la Libye derrière lui. Et cette popularité dépasse réellement l’est du pays.

 • Un projet différent des islamistes

Khalifa Haftar est également perçu comme un laïc. Son projet va à l’encontre de celui des islamistes alors que le gouvernement de Tripoli est soupçonné par une grande partie des Libyens d’être sous la domination des Frères musulmans.

On reproche également au gouvernement el-Sarraj de ne pas vouloir sortir les milices de Tripoli. Les autorités ont fait appel aux milices de Misrata pour chasser l’EI de Syrte et non pas à l’armée nationale qui existe depuis 61 ans.

 • Une popularité grandissante

Le général Haftar a également combattu depuis plus de deux ans, seul, les extrémistes à Benghazi et à Darna, alors que le gouvernement ne dénonçait pas ces milices islamistes. Grâce à cette guerre, il a gagné en popularité et actuellement, il est en train de devenir un héros. L’espoir que le pétrole coule bientôt à nouveau accentue cette image dans les yeux de la majorité des Libyens à la recherche d’une solution pour sortir de ce chaos.

 • La maîtrise du pétrole

Son dernier coup de force risque certes de faire sauter l’accord politique libyen signé au Maroc, mais il promet de mélanger les cartes avant de les redistribuer. Posséder les clefs des champs pétroliers le replace à nouveau comme un homme incontournable. La communauté internationale semble n’avoir d’autre choix désormais que de composer avec lui. Par ailleurs, la Compagnie nationale du pétrole (NOC) a annoncé hier (mardi) à Tripoli qu’elle commençait à préparer la reprise des exportations depuis les principaux terminaux libyens. Le chef de la compagnie Mostapha Sonaallah a salué la libération des champs pétroliers des milices qui empêchaient la reprise de la production.

Quant aux Libyens, qui refusent en majorité l’ingérence occidentale dans le pays, ils appellent à manifester vendredi. Le hashtag « nous sortons pour notre souveraineté » apparait en tête de la Toile en Libye. Ils manifesteront contre l’ingérence, les milices et pour soutenir l’armée.