Libération d’un ex-chef de l’armée guinéenne, après 5 ans de prison

Le général Nouhou Thiam, ex-chef d’état-major général des armées guinéennes durant la transition, et cinq officiers qui étaient en prison pour ‘’désertion et non respect de consigne’’, ont été libérés ce jeudi, suite à un verdict rendu par un tribunal militaire, a-t-on constaté sur place.

Le tribunal s’est contenté de prononcer une peine déjà purgée par les six officiers qui ont passé près de cinq années en prison. Les détenus avaient été arrêtés au lendemain de l’attaque qui a visé la résidence du chef de l’Etat guinéen en 2011.

Soupçonnés au départ d’avoir pris part à cette attaque, la justice s’est finalement rabattue sur les chefs d’accusation portant sur la ‘’désertion et le non respect de consigne » contre le général Nouhou Thiam et ses coaccusés.

A maintes reprises, les avocats de ces officiers ont dénoncé une détention arbitraire et réclamé un procès, au motif que certains de leurs clients avaient des problèmes de santé antinomiques avec la prison.

A ce sujet, l’état de santé du lieutenant-colonel Mamadou Bondabon Camara, ancien préfet de Dubréka, localité située dans la périphérie de Conakry, était devenu une véritable préoccupation pour ses avocats.

Réagissant à la décision du tribunal mpilitaire, les avocats de la défense s’insurgent contre le verdict de la Cour, malgré la libération de leurs clients, soulignant que ces derniers ne devaient pas passer tout ce temps en détention pour les chefs d’accusation de ‘’désertion et de violation de secret ».

Pour les avocats, la peine maximale prévue en la matière ne dépasse pas deux ans.

Le général Nouhou Thiam a dirigé l’armée guinéenne sous la transition, présidée par le général Sékouba Konaté, après les blessures infligées au capitaine Dadis Camara par son aide de camp Aboubacar « Toumba » Diakité, au cours d’une altercation survenue le 3 décembre 2009.