L’Euro 2016 menacé par la grève qui ne s’arrête pas

A quatre jours du début de l’Euro, la grève SNCF se poursuit malgré l’appel de François Hollande et de bien d’autres qui souhaitent la fin du mouvement. Syndicats et direction se rencontrent aujourd’hui pour tenter de trouver un accord. En attendant, le trafic est toujours perturbé et ces difficultés s’ajoutent à celles liées aux intempéries de ces derniers jours pour les usagers.

C’est une rencontre cruciale qui va avoir lieu ce lundi alors que la SNCF connaît son sixième jour consécutif de grève, à quatre jours seulement du début de l’Euro. Syndicats et direction vont se retrouver autour de la table de négociations pour une ultime séance de discussion consacrée à l’organisation du temps de travail des cheminots, renégociée dans la perspective d’une ouverture élargie à la concurrence à partir de 2020.

François Hollande appelle à la fin du mouvement

De nombreuses voix se sont élevées pour tenter de faire plier les syndicats à quelques jours du début de l’Euro de football qui pourrait être fortement impacté par cette grève. François Hollande a déclaré ce dimanche : “Je souhaite que (le conflit social ndlr) soit réglé”, ajoutant : “personne ne comprendrait que les trains ou les avions (…) puissent empêcher le bon déroulement (…) du déplacement des spectateurs”.

L’argument de la solidarité avec les sinistrés

Manuel Valls et le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, ont de leur côté invoqué  l’argument de la solidarité avec les sinistrés des inondations pour tenter de convaincre les syndicats de cesser leur mouvement.

Mais les deux syndicats qui restent mobilisés se veulent inflexibles pour le moment : la CGT-Cheminots n’a “de leçon à recevoir de personne sur ces questions” de solidarité, a déclaré le syndicat.
“C’est maintenant qu’on gagne”, a de son côté réagi SUD-Rail.

Signaler un problème

A cette contestation s’ajoute le mouvement contre la loi Travail, qui continue.

Le secteur des déchets touché

Si du côté des pompes à essence, la situation s’améliore, 3 raffineries sur 8 sont toujours en grève et
le secteur de l’énergie va à nouveau se mobiliser cette semaine. Les salariés sont appelés jeudi à une nouvelle journée de grève et d’“intervention sur l’outil de travail”.

Le secteur des déchets est désormais touché par la mobilisation. Depuis une semaine, le plus gros centre de traitement et incinérateur d’Ile-de-France, celui d’Ivry-Paris 13, est bloqué, alors que d’autres actions sont menées en régions.

Une grève dans les airs pour le premier week-end de l’Euro ?

Enfin, à partir de samedi prochain, ce sont les pilotes d’Air France qui entrent dans la danse. Trois syndicats de pilotes appellent à une grève du 11 au 14 juin pour protester contre une baisse de leur rémunération. Une mobilisation contre la loi Travail, qui n’est désormais plus populaire puisque 54% des Français, selon un sondage BVA pour Itélé et Orange désapprouve la poursuite des grèves.

L’Euro de football, qui débute vendredi 10 juin, s’annonce donc perturbé. Avec en point d’orgue, la manifestation nationale, le 14 juin.